Vladimir Poutine candidat en 2018 : les réactions des politiques russes

Le président russe Vladimir Poutine vient d’annoncer qu’il serait bel et bien candidat à sa propre succession lors des élections présidentielles de mars 2018, mettant ainsi fin à un faux suspense qui durait depuis plusieurs mois.

C'est lors d’une visite à l’usine de voitures GAZ de Nijni Novgorod, sur la Volga, que Vladimir Poutine a annoncé qu'il serait bel et bien candidat à sa propre succession en mars prochain.

"J’annonce ma candidature au poste de président de la Russie ", a déclaré Vladimir Poutine lors de sa rencontre avec les ouvriers de l'usine GAZ, une rencontre retransmise en direct à la télévision.

"La Russie va continuer d’aller de l’avant. Et dans ce mouvement en avant, personne ne l’arrêtera jamais", a-t-il lancé devant un public conquis.

Une annonce sans surprise qui a cependant fait réagir les principales personnalités politiques en Russie, dont certaines s'opposeront à Vladimir Poutine dans la course à la présidentielle.

Russie Info passe en revue les premiers commentaires:

Mikhail Khodorkovski, opposant en exil, membre de la coalition du Front Démocratique : "C’est absurde et triste. S’il était parti en 2008, il aurait laissé un souvenir très positif dans la mémoire collective (malgré l’affaire Youkos). S’il était parti maintenant, on se serait souvenu de lui comme d’une figure controversée. Maintenant, il est en route pour devenir ridicule. C’est triste pour le pays."

Ksenia Sobchak, journaliste, figure de l’opposition libérale, candidate "Contre tous" à l’élection présidentielle : "Il n’y a rien à commenter, personne ne doutait qu’il serait candidat. Si nous ne faisons rien maintenant, nous aurons Poutine maintenant, dans six ans, et encore longtemps après tant qu’il le pourra."

Ramzan Kadyrov, président de la Tchétchénie : "Il ne pouvait en être autrement. Vladimir Poutine n’a pas le droit de laisser tomber le peuple et l’Etat russe comme le voudraient les Occidentaux."

Guennadi Ziouganov, premier secrétaire du Parti Communiste russe, candidat à l’élection présidentielle : "Je ne crois pas que Poutine ait un plan pour l’avenir. Sa ligne patriotique en politique internationale est claire et nous la soutenons, mais sa politique intérieure est une bouillie libérale".

Vladimir Jirinovski, président du parti nationaliste LDPR, candidat à l’élection présidentielle : "Aujourd’hui, Poutine et moi-même sommes les deux seuls candidats sérieux."

Alexeï Navalny, principal opposant à Vladimir Poutine, dont la candidature à l’élection a été interdite : "Il veut passer 21 ans au pouvoir. À mon avis, ça fait beaucoup. Je vous propose de refuser."

Viatcheslav Volodine, porte-parole du parlement russe, Russie Unie : "Cette décision de se présenter à un nouveau mandat inspire l’espoir et la certitude que nous continuerons de nous développer à l’avenir."

Natalia Poklonskaïa, députée de Crimée, égérie du mouvement conservateur religieux en Russie : "Je suis POUR Vladimir Poutine, et je tiens à dire que je ne fais confiance qu’à notre président qui nous a rendu notre patrie, restaure la Russie et aime son peuple."

Grigory Yavlinski, président du parti Yabloko, opposition libérale, candidat à l’élection présidentielle : "La candidature de Poutine était attendue ; elle ne changera rien à ma propre campagne électorale."

0


0
Login or register to post comments