Valentin Khukhlaev photographe du "mouvement" soviétique

Le Centre de photographie des Frères Lumière accueille l’exposition atypique En mouvement pour les 100 ans du photographe Valentin Khukhlaev, spectateur et rapporteur des changements fondamentaux qu’a connus la Russie dans les années 1950 et 1960.

russe-russe-sovietique-photo-exposition-moscou-societe

Le "mouvement" est à la fois le caractère emblématique des clichés de Valentin Khukhlaev et le thème de l’exposition qui lui est consacrée en ce moment à Moscou.
Pas de rétrospective donc pour ce grand reporter-photographe qui a travaillé pendant 50 ans au service de l’agence de presse TASS. La galerie a joué la carte de l’innovation en choisissant de mettre en lumière ce qui fait de Khukhlaev un des plus grands photographes de son époque : son attrait pour le rythme et les variations.

"Nous avons longuement étudié des milliers de ses photos et négatifs dans le cadre de notre programme de recherche sur les photographes soviétiques", raconte Yana Iskakova, commissaire de l’exposition. "Et nous avons été frappés par la récurrence quasi systématique d’une certaine rythmique dans ses photos". Les 90 clichés exposés, dont la grande majorité sont d’époque, témoignent ainsi de l’évolution de la Russie dans les années post Seconde Guerre mondiale.

th_photo_2.jpg
Exposition En Mouvement
Valentin Khukhlaev

Une évolution que Valentin Khukhlaev a pu appréhender dans sa globalité au cours de sa carrière. "En tant que journaliste, il a été amené à couvrir tous types de sujets", ajoute la jeune femme. Essor de l’industrie automobile, première croisière en Europe et en Afrique, compétitions sportives, spectacles aériens, la société de l’époque est alors en pleine ébullition. Fasciné par ce mouvement perpétuel, le photographe se plaît à dépeindre le monde qui l’entoure.

Un photographe à l’image de son époque

"Valentin Khukhlaev était quelqu’un de très actif, même jusqu’à sa mort en 2010", reprend Yana Iskakova. Et ce "besoin, ancré dans son tempérament, de se mouvoir sans arrêt, de tout découvrir" s’inscrivait à merveille dans la société en mouvement qui était la sienne.

"Toujours prêt à partir à l’aventure", l’artiste monte en 1957 sur le premier bateau de croisière soviétique à destination de l’Europe. La série de clichés qui en découle est parfaitement représentative de l’euphorie de cette période de détente en pleine guerre froide. Sur les photos, on lit l’insouciance de citoyens russes qui posent devant des monuments en Belgique, en France, en Italie ou encore en Grèce.

th_3.jpg
Exposition En Mouvement
Valentin Khukhlaev

En Russie, c’est aussi la croissance exponentielle de l’industrie que Valentin Khukhlaev met en valeur. Une croissance qui repose tant sur la technologie que sur l’humain, autre sujet de prédilection du photographe. On y voit les progrès de fabrication, l’instauration d’une production à la chaîne, l’irréversible transformation du modèle de consommation qui finira par devenir celui que nous connaissons aujourd’hui.

Témoin d’une réalité officielle

Des clichés à l’image de la réalité ? "En tant que reporter pour une agence officielle, Valentin Khukhlaev devait se conformer à la ligne éditoriale et aux exigences de ses supérieurs", souligne la commissaire de l’exposition. "Mais ses photos n’en sont pas moins des tableaux immortalisant et démontrant la richesse et la puissance de l’industrie en plein essor, la transformation de la société et des mœurs".

th_4.jpg
Exposition En Mouvement
Valentin Khukhlaev

Se pose néanmoins la question de la véracité de ces clichés. Avec une composition équilibrée et un éclairage avantageux, les photographies de Valentin Khukhlaev pourraient paraître trop illusoires et plus triomphantes que la réalité de l’époque.
Mais Yana Iskakova demeure catégorique : "Pour qu’une photo soit réussie, un bon photographe ne suffit pas ; il faut que le sujet en lui-même soit extraordinaire".

Cette exposition est la combinaison parfaite entre un artiste et son époque en mouvement.

À voir et à revoir jusqu’au 30 octobre au Centre de la photographie des Frères Lumières, 3 Bolotnaya Naberejnaya (métro Kropotkinskaya). Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 21h, et les samedi et dimanche de 12h à 20h.

Plus d’informations ICI

0


0
Login or register to post comments