Une journée comme observatrice de l’élection russe en France

Daria Krayushkina, journaliste à Aujourd’hui la Russie est partie dans le sud de la France en tant qu’observatrice de l’élection présidentielle russe. Elle raconte sa journée, au consulat russe à Marseille, de l’ouverture des scrutins jusqu’au comptage des voix.

© Daria Krayushkina

7 : 30 du matin

C’est une bonne heure pour commencer à établir des relations diplomatiques. Dans une salle du consulat de Marseille se déroule la première rencontre entre les observateurs et les représentants de la commission électorale.

Ambiance un peu tendue : les membres de la commission ne savent pas encore à quoi s’attendre. Ils ne savaient d’ailleurs pas si les observateurs allaient arriver.

Nous sommes cinq observateurs en tout, mais deux d’entre nous partent à Nice pour y observer le bon déroulement des élections.
Je reste avec Serguey et Polina. Nous observons attentivement ce que font les membres de la comission et vérifions que toutes les formalités sont correctement accomplies.

Nous vérifions qu’il n’y a pas d’affiches en faveur de certain candidat placardées aux murs, pour éviter toute forme d’agitation au consulat.

Nous vérifions également que l’urne de vote est vide avant l’arrivée des électeurs.

8 : 00

Ouverture des bureaux de vote.

La première personne à venir est un homme qui ne cache pas ses opinions politiques à la commission :
«Je vote pour Poutine», annonce t-il tout de go.

Le temps passe et les électeurs arrivent régulièrement.

13 : 00

L’ambiance devient de plus en plus décontractée. Dans les haut-parleurs, on entend Serge Gainsbourg et Joe Dassin, chanteurs français très aimés des Russes.

Certains viennent avec leurs enfants et même avec leurs animaux domestiques. Les enfants grimpent sur le canapé et rentrent dans la cabine électorale, malgré l’interdiction d’y pénétrer à plusieurs.

Mais pour chaque loi, il y a toujours des exceptions et plus tard, nous laisserons un vieux monsieur malvoyant être accompagné dans la cabine par l’un de ses amis.

15 : 00

Quelques problèmes administratifs surviennent : certains électeurs ne peuvent pas se souvenir de leurs adresses russes. Il est d’autant plus difficile de s’en souvenir qu’elle n’est pas inscrite dans les passeports internationaux.

Alexey Popov, chef de la commission, nous fournit un document selon lequel les électeurs ne peuvent pas voter avec les passeports intérieurs (ndlr : il s’agit d’un passeport pour une utilisation unique en Russie, et qui ne permet pas de voyager. Sorte de carte d’identité).

Nous nous adressons au Parti Communiste (KPRF) qui, à son tour, contacte la Comission Electorale Territoriale (TIK).
Finalement, les membres de la TIK expliquent au Consulat de Marseille que le document en question n’est pas conforme à la loi et que les Russes peuvent voter avec les deux types de passeport.

17 : 00

Alexey Petrov invite tout le monde à se rendre une nouvelle fois au consulat : «Venez au second tour, s’il a lieu».

20 : 00

Les observateurs qui étaient à Nice sont revenus. Le comptage des voix commence.

La procédure veut que les membres de la commission commencer par compter les bulletins non utilisés, mais entreprennent de faire la liste des électeurs.
«Au début du comptage, il faut d’abord comptabiliser les bulletins non remplis», insiste Serguey, observateur du Parti libéral démocratique.

Les membres de la commission commencent donc à compter les bulletins, sans beaucoup d’enthousiasme.
Quand le comptage est fini, ils dénombrent 2281 bulletins non utilisés, alors qu’ils devraient y en avoir 2294.
Le responsable de la commission explique que certaines feuilles sont restées collées entre elles à cause des timbres qu'il faut poser sur les bulletins afin qu'ils soient valables.
...

23 : 30

Le comptage des voix commence.
Pour chaque bulletin, le membre de la commission annonce ce qui est marqué et le montre à la commission et aux observateurs pour preuve.

Image of Dictionnaire insolite de la Russie
Manufacturer: Cosmopole
Part Number:
Price: EUR 11,00

«Poutine, Prokhorov, Prokhorov, Poutine…»
Pendant une demi-heure, ces deux noms en majorité alternent.

Certains électeurs se sont exprimés de façon insolite. Dans l’un des bulletins, sous le nom de Poutine est inscrit : «100 pour cent». Une autre personne a mis un joli coeur devant le nom de Prokhorov.

Finalement, c’est Prokhorov qui remporte le plus de voix à Marseille et à Nice : 288 contre 259 pour Poutine (résultats cumulés par la commission). Les trois autres candidats ont pratiquement été exclus du combat.

Serguey Skiba, président adjoint de la comission électorale, console les membres de la commission électorale : «Il ne faut pas s’inquiéter, Poutine a environ 65 % en Russie».

Il est vrai que les résultats des élections à l’étranger ne sont pas tellement pris en compte. «Voilà pourquoi il n’y a pas de fraudes sérieuses hors de Russie», résume Youlia, observatrice pour le journal russe Yabloko Rossii.

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook

Nouveau ! Aujourd'hui la Russie est aussi sur Twitter

0


0
Login or register to post comments