Une journaliste, critique du Kremlin, risque la prison pour avoir désobéi à la police routière

0

La rédactrice en chef d'une revue d'opposition russe, très critique du Kremlin, a été accusée d'avoir désobéi aux injonctions à la police routière et risque jusqu'à 15 jours de prison, a-t-elle indiqué dans un message publié sur Twitter.

"L'audience du tribunal est prévue pour le 30 décembre", a écrit Evguenia Albats.

"A cause de quoi' A cause de rien", a-t-elle ajouté.

Contactée par l'AFP, Mme Albats s'est refusée à tout commentaire.

Samedi, la voiture de Evguenia Albats a été arrêtée en plein centre de Moscou par la police routière qui lui a demandé de présenter ses papiers, a raconté la journaliste à la radio Echo de Moscou.

La police a ensuite affirmé qu'elle avait "ignoré cette demande légitime" des forces de l'ordre, en violant ainsi le Code de justice administrative russe, a précisé la journaliste qui rejette ces accusations.

"Je n'ai violé aucune loi, je n'ai commis aucune infraction", a-t-elle souligné, en suggérant que cette affaire pourrait être politiquement motivée, mais sans plus de précisions.

Mme Albats a indiqué qu'elle n'assisterait pas mardi à l'audience et qu'elle serait représentée par son avocat.

Un porte-parole de la police de Moscou a confirmé à l'AFP que Evguenia Albats avait commis un délit administratif, sans plus de détails.

La désobéissance aux injonctions des forces de l'ordre est passible en Russie de peines allant d'une amende à 15 jours de prison.

Cette affaire intervient alors que les autorités russes ne cessent de renforcer le contrôle des médias dans le pays.

Ainsi, la seule chaîne indépendante russe Dojd (Pluie) a été privée d'antenne sur la quasi-totalité du territoire russe après un sondage controversé, dénoncé par le Kremlin, et émet aujourd'hui depuis un appartement.

Des figures emblématiques telles que la rédactrice en chef du site internet d'informations le plus ancien et le plus lu, Lenta.ru, ont été limogées cette année, et des lois contraignantes, comme celle limitant à 20% la part de capital qu'une entité étrangère peut détenir dans une entreprise médiatique en Russie, ont été adoptées.
Source AFP via l'Express

Retrouvez RUSSIE INFO sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments