Une banque russe prête des millions au FN

0

Fin septembre, la banque russe First Cezch Russian Bank (FCRB) a octroyé un prêt de neuf millions d'euros au Front national. C'est ce qu'a affirmé le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just, confirmant une information de Mediapart. Interrogé sur un article paru sur le site internet samedi, M. de Saint-Just a confirmé que deux millions d'euros avaient déjà été versés au parti et que le prêt avait été souscrit par l'intermédiaire du député européen frontiste Jean-Luc Schaffhauser.

"Il y a longtemps que nous cherchons des prêts, notamment pour financer les campagnes électorales. Notre banque, comme la plupart des banques françaises et des banques européennes, refuse catégoriquement de prêter le moindre centime au FN et aux candidats du FN", a déclaré M. de Saint-Just. "Je ne pense pas que ce soit dirigé contre nous, je pense que c'est général et définitif à l'égard de tous les partis politiques et de tous les candidats. Et donc c'est M. Schaufhausser (...) qui a depuis longtemps pas mal de relations en Russie qui a dit : Allez de ma part voir cette banque-là", a ajouté M. de Saint-Just.

Le "lobbying des dirigeants frontistes à Moscou"

Dans un article publié samedi, Mediapart parle d'un "intense lobbying des dirigeants frontistes à Moscou", évoquant une rencontre en février entre Marine Le Pen et le député nationaliste Alexander Mikhailovich Babakov, dont le nom apparaît sur la liste des personnes visées par les sanctions de l'Union européenne envers la Russie, mais aussi avec le président russe Vladimir Poutine.

Le site écrit aussi que ce prêt "pose la question de l'origine des fonds et d'une éventuelle ingérence étrangère dans la vie politique française", soulignant que cette banque est "de facto entre les mains d'un ancien cadre bancaire de l'État" russe, Roman Yakubovich Popov. M. de Saint-Just a déclaré à l'AFP ne pas connaître les "relations de M. Popov" et dit avoir été en contact avec des "techniciens de la banque", ajoutant que "tous les contrôles ont été faits" sur les premiers versements.

Dans le journal Le Monde, Mme Le Pen a laissé entendre que l'opération n'avait rien de "secrète"d’autres prêts pourraient bien être souscrits dans des établissements étrangers. « Avec les départementales dans quatre mois, il y a urgence ! En tout, avec les régionales, c’est 30 millions. Nous disposons de 5 millions d’euros de subventions par an. Nous n’avons plus de biens immeubles. On est obligés de souscrire des prêts, dans des établissements français ou étrangers », ajoute-t-elle.

« On a lancé des hameçons partout : en Espagne, en Italie, aux États-Unis, en Asie et en Russie. Et le premier qu’on a attrapé, on a signé et on est très contents », explique Marine Le Pen qui insiste sur le caractère légal de la transaction.
Elle a ajouté : « Ce qui est scandaleux, c’est que les banques françaises ne prêtent pas ! ».
Source Le Point via AFP et Le Monde.fr

Retrouvez RUSSIE INFO sur Facebook et Twitter

0


0
Portrait de Fransioniste

Cet argent sera rembourse.... Il ne sent pas plus. Mauvais que s'il sortait d'une banque anglo saxone....

E corde longue diventenu sarpi



Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires