Ukraine "la vérité historique" du russe Volkonski

"L’Ukraine, la vérité historique" est un pamphlet écrit par le prince russe Alexandre Volkonski en 1920. Un texte qui fait écho de façon saisissante aux évènements actuels qui déchirent la Russie et l’Ukraine.

russie-russe-ukraine-histoire-langue-livre-volkonski-empire
UKRAINE: Russia South. inset Odessa. 1920

"Le démembrement de la Russie fut un des buts du monde germanique dans la Grande guerre. Les puissances de l’Entente suivent dans cette question la voie tracée par l’Allemagne: il ne leur reste plus que de reconnaître l’indépendance de tout le Sud de la Russie, et le rêve germanique sera réalisé.

Quand on médite une injustice, on accepte volontiers comme certain tout ce qui paraît la justifier. C’est ainsi que la légende de l’existence d’un peuple ukrainien et du joug russe qui pèserait sur lui, a trouvé du succès dans la presse des pays de l’Entente. Si l’on cherchait un exemple pour démontrer la façon dont la presse crée une opinion publique fausse, on n’en trouverait pas un meilleur que celui de la propagande du parti ukrainophile.

(…) Qui lira ces pages connaîtra la vérité historique."

Ainsi commence le texte du prince Alexandre Volkonski, à travers lequel il répond au traité de Varsovie du 22 avril 1920 signé par Simon Petlioura, le leader nationaliste ukrainien, qui entérinait l’indépendance de l’Ukraine.

En se basant sur l’historiographie traditionnelle russe, l’auteur s’efforce de prouver que Russes et Ukrainiens n’ont jamais été ennemis et constituent un même peuple. Pour lui, l’idée des Moscovites comme "ennemis séculaires des Ukrainiens" serait née de la manipulation des grandes puissances étrangères, suite au traité de Versailles.

Dans son texte, Alexandre Volkonski dénonce la haine de la Russie cultivée par certains, l’étonnement douloureux que cette agressivité suscite chez les Russes, l'hypocrisie intéressée des pays européens... et s’emporte face aux théories historiques qui justifient le démembrement de l’Empire russe, lui qui ne définit pas sa patrie par des références géographiques mais par la langue, le vieux russe

La langue au cœur des idéaux politiques

Cet ouvrage est préfacé par Jean-Pierre Arrignon, historien et spécialiste de la Russie. Ce dernier rappelle l’importance du contexte historique pour comprendre le texte de Volkonski. A savoir la renaissance slave en Europe, avec le désir pour les peuples slaves du Sud et d’Europe centrale de donner naissance à une slavistique slave indépendamment de la slavistique russe.

ukraine.jpg
Les Editions des Syrtes
2015

Dans sa préface, Jean-Pierre Arrignon met ainsi en évidence le long processus de création de la langue ukrainienne, issue de la tradition de linguistique de la Rus’ de Kiev, qui unifiait l’Ukraine à celle du peuple russe. Jusqu’au moment où la civilisation russe et la civilisation ukrainienne ont éprouvé le besoin de "se définir l’une par rapport à l’autre au XIXe siècle dans une démarche de rupture."

Il explique que ces tensions entre les deux langues et les deux cultures sont portées par deux éminents protagonistes : les historiens russe et ukrainien Vassili Ossipovitch Klioutchevski (1841-1911) et Mikhaïl Hrouszewki (1866-1934).

Pour le premier l’unité de la Rus’ de Kiev se prolonge dans la Moscovie, l’Empire des tsars, et enfin l’Empire russe. C’est une vision unitaire de l’histoire russe. Le second développe l’idée opposée de la séparation de l’ethnogenèse et du vecteur des peuples ukrainiens et russes. Pour lui, la Rus’ de Kiev a une identité propre qui se prolonge naturellement dans l’Ukraine moderne. Ces deux approches, relayées par ces historiens, s’affrontent directement dans les premières années du XXe siècle.

Un texte militant

Le prince Volkonski s’est fortement intéressé aux travaux de Hrouszewki pour rédiger son étude. Il s’applique à dénoncer les inexactitudes et les erreurs de l’historien ukrainien qui ont abouti, selon lui, à une falsification de l’histoire. Il titrera ainsi son ouvrage : La vérité historique et la propagande ukrainophile !

A l’heure où il écrit, Alexandre Volkonski, issu de l’une des plus vieilles familles de la noblesse impériale russe et officier de la Garde impériale, souffre de voir sa patrie déchirée. Son ouvrage, comme l’écrit Jean-Pierre Arrignon, est "une lecture militante d’un homme meurtri de voir sa patrie, la Russie, dépecée, marginalisée, humiliée par les alliés anglais, américains et français vainqueurs de la Grande Guerre".

Le prince Volkonski est aussi l’auteur d’analyses politiques et de nombreux articles où il assume son opposition aux mouvements nationalistes ukrainiens, "soutenus et financés par I'Allemagne". Farouche défenseur de sa patrie, Volkonski se positionne« contre la force montante du nationalisme ukrainien» et accuse les puissances alliées d’utiliser "les nationalismes pour renforcer leur puissance et affaiblir leurs adversaires."

La lecture de ce livre s’inscrit de façon troublante dans une actualité bouleversée par la guerre entre la Russie et l’Ukraine, où l’on retrouve des théories similaires à pratiquement un siècle d’écart.

Alexandre Volkonski, L’Ukraine, la vérité historique
Aux Editions des Syrtes, 2015
288 pages

0


0
Login or register to post comments