Tourisme: la Russie affectée par son image à l’étranger

Publiés début mars, les derniers chiffres du tourisme en Russie montrent une hausse encourageante du nombre de visiteurs sur le territoire de la Fédération. Pourtant, de nombreux facteurs freinent encore l’expansion touristique.

russie-tourisme
Un village de l’Anneau d’Or © M.Demidoff

Et si la pluie de météorites qui a frappé Tcheliabinsk le mois dernier était la meilleure chose qui ne soit jamais arrivée à cette ville industrielle de l’Oural ?
Dans un article paru le mois dernier, le magasine en ligne readrussia.com s’est amusé à répondre à la question en dressant une liste des différentes façons d’exploiter la catastrophe naturelle à des fins touristiques. Pourquoi pas en remplaçant l’emblème de la ville (un chameau, bizarre vu qu’il n’y en a jamais eu dans la région) par une météore, en créant un musée de la météorite, en devenant ville jumelle de Roswell, ou encore en lançant une gamme de souvenirs commémorant l’évènement…

Le ton est léger mais pose une des questions les plus lancinantes du tourisme russe: comment faire pour qu'en Russie, celui-ci ne se limite pas à l’éternel diptyque Moscou – Saint-Pétersbourg ?

1,5 million de touristes seulement

Les deux villes concentrent à elles-seules 90% de l’activité touristique du pays. Preuve que de nombreuses choses restent à accomplir dans le reste de la Fédération. Selon les statistiques de l’agence d’information ITAR-TASS, établies à partir du nombre de visas touristiques délivrés, le nombre de touristes étrangers en Russie a progressé de 9% en 2011, atteignant 2,3 millions de visiteurs.

Image of Guide du Routard Moscou, Saint-Pétersbourg 2012/2013
Manufacturer: Hachette Tourisme
Part Number:
Price: EUR 14,95

Si l’Europe rassemble le gros du contingent (Allemagne en tête avec 350.000 visiteurs, contre 100.000 Français), c’est cependant du côté de la Chine que la plus grosse progression est enregistrée, une hausse de 48% sur l’année précédente, alors que le nombre de touristes européens stagne, voire diminue. Ces chiffres doivent cependant être relativisés car les visas touristiques sont souvent délivrés pour des visites d’affaires.

Pour 2012, une estimation plus réaliste évaluerait ainsi le nombre de touristes étrangers en Russie à moins d’un million et demi. Un chiffre bien loin des 80 millions de touristes qui ont visité la France l’an dernier.

Des infrastructures touristiques trop désuètes

Publié début mars, le rapport du Forum Economique Mondial sur le tourisme pointe avec sévérité les défauts de la Russie : en dépit de sa dotation exceptionnelle en site naturels (4ème mondial) et en sites culturels classés (16ème), la Russie n’est pas jugée au niveau sur les infrastructures touristiques, notamment en ce qui concerne l’état des routes (93ème) et le nombre de lits d’hôtels disponibles (89ème).

Même si les récents efforts budgétaires annoncés par le gouvernement ne sont pas passés inaperçus (plan d’investissement de 100 milliards de roubles étalé de 2011 à 2018), notamment en prévision des JO d’hiver à Sotchi en 2014, la part du budget consacrée au tourisme (2,7%) est jugée insuffisante.

Outre les infrastructures lacunaires, la Russie souffre encore d’une mauvaise image, et d’une communication touristique peu convaincante indique le classement établi par le Forum Économique Mondial : le pays est au 130ème rang au niveau du service client, et 138ème en ce qui concerne la sympathie envers les étrangers.

De l’aéroport à l’hôtel en traineau

Interrogé à ce sujet, Anton Solovev, directeur général de l’agence de voyage Troïka à Moscou, confirme qu’en dépit de la motivation et de la bonne volonté des entrepreneurs russes pour faire progresser le tourisme en Russie, le marché et le nombre d’agences de voyage n’ont pas explosé. L’état des infrastructures de transport a bien progressé, mais M. Solovev constate avec dépit que l’image de la Russie à l’étranger reste bien trop mauvaise.

«En Russie, on a parfois l’impression que les touristes pensent qu’on mange nos enfants !».

Outre les clichés négatifs, ce sont aussi les exigences extravagantes de certains clients européens qui montrent une méconnaissance profonde de la réalité en Russie. « Un jour, un couple nous a demandé d’organiser pour leur arrivée le trajet de l’aéroport jusqu’à leur hôtel en traineau… », raconte t-il.

« Des investissements très importants restent à faire, rien ne changera sans un effort plus significatif de la part du gouvernement», conclut-il.

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook et Twitter

0


0
Portrait de amourslaves

Le visa et la contrainte administrative...
Les Français se décident de plus en plus au dernier moment pour un séjour court "coup de coeur" pour leurs vacances et grands week-ends peu compatible avec les demandes de visa (surtout pour une surprise glamour!). Et l'Europe qui traîne des pieds pour supprimer les visas...sauf pour le gaz évidemment!



Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires