Standard & Poor's dégrade la Russie

0

La Russie a subi un camouflet lundi de la part de l'agence de notation Standard's & Poor's, qui a abaissé sa note souveraine dans la catégorie "spéculative" boudée des investisseurs, au risque d'aggraver la pire crise financière traversée par le pays en 15 ans de pouvoir de Vladimir Poutine.

Le ministre des Finances Anton Silouanov a aussitôt dénoncé un "pessimisme excessif", ne voyant "pas de raison de dramatiser" cette décision, pourtant accueillie sur le marché par un plongeon de plus de 6% du rouble.

La note d'endettement à long terme de la Russie a été abaissée d'un cran, à "BB+", et S&P a indiqué ne pas exclure de la faire encore reculer.

Cette décision intervient après une année qui aura vu la Russie post-soviétique s'isoler comme jamais des Occidentaux en raison de l'annexion de la Crimée et de son soutien -- et même appui militaire selon Kiev-- aux séparatistes de l'Est de l'Ukraine, puis subir de plein fouet les effets de la chute des cours du pétrole.

Chez Standard & Poor's, la Russie est le seul État du groupe des pays émergents dit des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) à voir sa note de dette à long terme ainsi placée dans la catégorie des dettes souveraines "pourries" en jargon financier.

Le ministre russe de l'Économie, Alexeï Oulioukaïev, avait jugé récemment "assez forte" la probabilité de voir la note de la Russie abaissée en catégorie "spéculative", au même niveau que des pays bien moins puissants comme la Bulgarie ou l'Indonésie.

Il avait aussi prévenu qu'une telle rétrogradation, qui écarte automatiquement la dette russe du portefeuille de certains investisseurs, aurait des "conséquences matérielles" pour Moscou, qui pourrait se trouver contraint de rembourser de manière anticipée jusqu'à 30 milliards de dollars de dette. Autrement dit, l'économie russe s'expose à un nouveau coup de boutoir, après avoir subi en 2014 des fuites de capitaux record depuis la chute de l'URSS en 2014, à plus de 150 milliards de dollars.

L'intégralité de l'article sur le site de Boursorama.com

Retrouvez RUSSIE INFO sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments