Russie : une taxe pour les fainéants ?

Le ministère russe du travail réfléchit au développement d’une loi pour taxer les Russes qui ne travaillent pas, mais qui ont la capacité d’avoir un emploi.

russie-russe-economie-chomage-societe-taxe-insolie-jeunesse
© Fotolia/ MaxRiesgo

La Russie veut lutter contre la fainéantise et le travail illégal. Inspirés par la Biélorussie, des députés imaginent une loi qui taxerait "les parasites", indique le journal russe RBK.

L’annonce a été faite jeudi 12 mai par Andrey Poudov, chef-adjoint au ministère du Travail lors d’une Conférence Internationale sur l’Assurance Sociale. Dans son discours, il évoque l’expérience de la Biélorussie qui a mis en place, en avril 2015, une loi qui permet de taxer la population active qui ne travaille pas et qui ne paye pas d’impôts. Le montant de la taxe biélorusse est équivalent à 250 dollars.

La possibilité de taxer "ces parasites" a déjà été évoquée en Russie, il y a un an, en mai 2015, par le chef adjoint du Service fédéral du travail, Mikhail Ivanov. Il préconise de taxer tous les Russes de plus de 18 ans, valides, qui ne travaillent pas officiellement et qui ne sont pas enregistrés comme chômeurs. Les étudiants, les retraités et les handicapés ne seront bien évidemment pas touchés par cette loi, a précisé le chef adjoint.

Andrey Poudov a indiqué que ce projet était en discussion en Russie parmi les experts, et qu’il n’existait pas encore de documents précis sur ce sujet. Le porte-parole du Kremlin, Dmitriy Peskov, a quant à lui annoncé qu’aucune décision n’était encore prise.

Lutter contre le chômage et l’économie grise

Pour les défenseurs de cette loi, cette taxe répond à deux objectifs : pousser les jeunes au travail (le taux de chômage est de 6 % en janvier 2016 selon le service des statistiques Rosstat, soit près de 4,4 millions de personnes sans emploi), et lutter contre le travail illégal et non déclaré, un phénomène institutionnalisé dans le pays qui représente un réel problème pour l’économie russe.

Selon le député Andrei Anokhine, cité par l’agence de presse russe Rosbalt, 20 millions de Russes travailleraient sans être déclarés.
D’après le chef du ministère du travail russe, Maksim Topiline, il s’agirait plutôt de 15 millions de Russes, et cette économie souterraine ferait perdre au pays près de 500 milliards de roubles en cotisations sociales.

La loi de taxation sur "les parasites" pourrait être renforcée par d’autres mesures. Le responsable de la politique sociale de la Fédération, Valeriy Ryazanskyi, estime que les personnes qui ne travaillent pas, ne doivent pas avoir les mêmes avantages et privilèges sociaux que les travailleurs. Il préconise donc de priver ces personnes inactives de l’aide médicale car ils ne contribuent pas au système d’assurance maladie.

Réactions

L’agence de presse russe Ura indique que sur les réseaux sociaux, certains Russes défendent la cause de ceux qui ne travaillent pas, arguant que les employeurs ont souvent des exigences trop élevées et qu’ils sont responsables de cette situation. D’autres estiment que la loi sera de toute façon contournée par des tricheurs qui préfèreront acheter des cartes pour personne handicapée afin d'éviter de payer la taxe.

Mais le plus grand nombre critique l’Etat et ses décisions économiques. Sur les réseaux sociaux, ils accusent les politiques d’avoir détruit des emplois en fermant des usines, en provoquant des licenciements massifs, et estiment qu’ils devraient plutôt créer des postes au lieu d’imaginer des lois répressives.

0


0
Login or register to post comments