Russie, terre d’Hackers…

Loin de la fermeture de MegaUpload et des lois telles que ACTA, Hadopi ou encore SOPA, la Russie est réputée pour son attitude laxiste face au cyber-piratage. Elle a toutefois décidé de durcir le ton face à l’excellence de ses pirates informatiques.

Les pirates informatiques russes seraient les plus ingénieux et les plus actifs de leur communauté, parce que les Russes sont bons en maths. C’est ce que révèle le directeur adjoint de l'Institut de sécurité de l'information de l'Université d'Etat Lomonossov de Moscou au journal Novye izvestia : la Russie possède "une excellente école mathématique qui a formé des programmeurs de haut niveau, dont des hackers".

Sur ce point, même la division cybercriminalité est d’accord : les hackers russes sont des champions. «Nos programmeurs sont les meilleurs du monde, c'est pourquoi nos hackers le sont aussi. Et les adolescents d'hier ont développé leurs techniques en grandissant

Un ingénieur qui avait gagné sa vie pendant des années grâce au piratage confiera même que «tous les bons informaticiens de Saint-Pétersbourg sont également pirates informatiques

Menu fretin et grosses arnaques

La semaine dernière, Facebook a annoncé avoir démasqué les cinq hackers russes du gang Koobface qui avait lancé, en 2008, le virus « worm » sur Facebook, touchant des millions d'ordinateurs via le réseau social, ce qui leur avait permis d'empocher quelques 2 millions de dollars…

Comme le confie un ex-hacker, le piratage informatique est « une forme d’expression attrayante, c’est une activité rebelle et subversive, qui peut vous permettre de gagner de l’argent facilement. »
Toutefois, les « revenus » des cyber délinquants varient en fonction de leurs opérations ou de leurs commandes.

Le journal Novye izvestia précise que «les "affaires de petite importance" telles que des vols de numéros ICQ (messagerie instantanée), d'adresses e-mail ou encore d'intrusions dans des sites rapportent peu contrairement aux affaires plus risquées qui exposent le hackers à une condamnation sérieuse. Par exemple, 20 dollars pour obtenir un numéro ICQ de six caractères alors que le prix du vol de données d'une grande compagnie peut dépasser le million.»

Et si certains agissent en solo, «d'autres sont soupçonnés d'agir pour le compte des services secrets russes qui les télécommanderaient discrètement quand le besoin politique s'en fait sortir», indique le site Atlantico.

Mais le hacker n’est pas seulement un pilleur de comptes bancaires ou de fichiers ultra sécurisés, il est aussi blagueur : l'hiver dernier, un pirate a pris le control du système informatique du réseau publicitaire d’une grande artère de Moscou pour diffuser des extraits de films pornos…

Le téléchargement illégal pompe (aussi) des milliards de dollars

Loin des faits d’armes des hackers, la pratique du téléchargement illégal représente une véritable plaie pour les industries du CD, DVD ou des logiciels.

Microsoft indiquait perdre un milliard de dollars par an sur le marché russe à cause du piratage. Le journal économique Vedomosti indique qu’en Russie, cela occasionnerait 4 milliards de dollars de pertes par an au marché du logiciel.

Le quotidien économique russe Kommersant estime que 97 % des fichiers musicaux sur le web en Russie sont actuellement d'origine illégale.
Les ventes légales de musiques protégées par les droits d'auteur sont établies à environ un million de dollars par an, tandis que l'industrie du disque considère qu'elles devraient avoisiner 25 à 30 millions de dollars.

Le préjudice estimé par l’industrie du cinéma est, quant à lui, évalué à 38 milliards de roubles soit… environ 890 millions d'euros.

La Russie trop laxiste deviendrait trop sévère

Image of Hacker's Guide
Manufacturer: Pearson
Part Number:
Price: EUR 23,00

En 2006, le gouvernement russe a été critiqué par l'IIPA (International Intellectual Property Alliance) pour son laisser-aller contre le piratage informatique qui aurait entraîné la perte de 15,8 milliards de dollars pour l'association.

A la suite de quoi, la Russie a décidé de sévir en mettant en place une nouvelle loi qui menace les pirates de cinq ans de prison.

En Russie, cependant les poursuites restent exceptionnelles car les droits d'auteur sont encore très peu protégés, mais l’arrestation d’un couple russe de hacker a récemment défrayé la chronique.
Accusés d'avoir illégalement mis à disposition, via deux sites, plus de 30 films (des copies illicites de films enregistrées dans les salles de cinéma avec un caméscope), le couple encourt une peine de prison de jusqu'à six ans et une amende de 500 000 roubles (11 700 euros).


Des approches plus douces pour combattre efficacement le cyber piratage sont cependant à l’étude comme celle qui vise simplement à proposer des téléchargements à des prix raisonnables.
En attendant, il semble que le piratage a encore de belles heures devant lui.

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook

Nouveau ! Aujourd'hui la Russie est aussi sur Twitter

0


0
Login or register to post comments