Russie: le rouble a retrouvé son niveau d’avant son effondrement

0

Les chiffres sont impressionnants. Depuis début mars, le rouble a bondi de près de 40 % face au dollar et à l’euro. Vendredi 17 avril, au matin, un dollar valait ainsi 48,89 roubles, après avoir franchi dans la nuit de mercredi le seuil psychologique des 50 roubles, pour la première fois depuis novembre. Au plus fort de la crise de mi-décembre, il avait culminé à 80 roubles.

La devise russe a ainsi retrouvé son niveau d’avant son violent effondrement de décembre 2014. Pénalisé par les sanctions occidentales, le pays avait alors plongé en récession, tandis que les Russes étaient durement affectés par l’inflation galopante.

Jeudi 16 avril, lors d’une séance de questions-réponses télévisée, Vladimir Poutine a longuement commenté le sujet. Tout en reconnaissant les difficultés traversées par la population russe, il a insisté sur la résistance de l’économie. « Nous avons passé le pic des problèmes », a assuré le président russe, tout en convenant que la levée des sanctions occidentales est peu probable. « La monnaie nationale s’est corrigée et il n’y a pas eu de catastrophe ».
(...)
Est-ce une bonne nouvelle pour l’économie russe ? Oui, du moins pour l’instant. L’appréciation du rouble contribue en effet à réduire l’inflation, qui culminait à 17 % sur un an en février. Un soulagement pour le pouvoir d’achat des Russes, laminé par l’envolée des prix.
De fait, la banque centrale russe devrait encore réduire ces prochaines semaines son principal taux directeur, déjà ramené de 17 % à 14 % depuis janvier. M. Tresca estime ainsi qu’il devrait s’établir à 9 % d’ici la fin de l’année. Résultat : les coûts des crédits aux ménages et entreprises baisseront eux aussi.

Encore faut-il que le rouble se stabilise. « S’il continue de s’apprécier trop, et surtout trop vite, la banque centrale russe sera vite mal à l’aise », juge M. Tresca. Et l’économie russe pourrait en pâtir, car la chute du rouble avait au moins un avantage : elle avait regonflé la compétitivité à l’export des produits russes non liés aux hydrocarbures.

L'intégralité de l'article le site du Monde.fr

0


0
Login or register to post comments