Russie: l’interview de Petrov et Bochirov amuse la toile

Le 13 septembre, Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov, suspectés par la Grande Bretagne d’avoir empoisonné Serguei Skripal et sa fille, ont accordé une interview à la rédactrice en chef de RT monde Margarita Simonyan. Russie Info revient sur l’interview et les réactions humoristiques qu’elle a suscitées sur les réseaux sociaux.

Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov

L’interview ne livre pas grand-chose, si ce n’est le portait de deux entrepreneurs partis "s’éclater" en Grande-Bretagne et accusés à tort de l’empoisonnement de Sergei Skripal et de sa fille. Face à une Margarita Simonyan inquisitrice et goguenarde, les deux hommes campent le rôle de victimes, dont la vie a été bouleversée par les accusations infondées du contre-espionnage britannique. A tel point qu’en désespoir de cause, avant de venir s’exprimer à la télévision, ils avaient pensé s’adresser "à la police, au FSB et même… à l’ambassade de Grande-Bretagne".

Voir la cathédrale de Salisbury, puis mourir

Si certains ne jurent que par Naples ou Rome, d’autres prisent des destinations moins méridionales. Après avoir demandé aux deux hommes de confirmer leur identité, Margarita Simonyan leur demande de revenir sur le détail de leur voyage en Grande-Bretagne.

Ils reconnaissent être arrivés en Grande Bretagne le 2 mars pour "s’éclater" à Londres, mais aussi pour voir la célèbre cathédrale de Salisbury. Arrivés le 2, ils prévoient de visiter Salisbury et sa cathédrale dans la journée, mais une fois arrivés sur place, la météo ne leur permet pas de jouir des aménités de la ville. Tant pis, retour à la gare, ils reviendront plus tard. Le lendemain, temps au beau fixe, ils peuvent enfin visiter Salisbury… et sa cathédrale.

Entre deux allers retours en Suisse

Les deux hommes qui, lorsque la journaliste leur demande s’ils travaillent pour le renseignement militaire lui répondent, offusqués "Et vous ?", soutiennent distribuer des produits d’alimentation sportive. D’où leurs 10 allers retours en Suisse où Petrov dit s’être rendu pour affaires avant de préciser qu’il y est allé aussi passer des vacances. Quant à Bochirov, s’il a volé vers Genève, c’était pour rejoindre le Mont-Blanc français.

Bref, les explications sont moyennement convaincantes et ne disent pas grands choses sur les motifs réels du déplacement. Nous ne saurons que ce qu’ils veulent bien nous dire, à savoir pas grand-chose.

S’il fallait ne retenir qu’un moment de l’interview, qui résume à lui seul ces 25 minutes de tête à tête, c’est lorsque M. Simonyan leur demande s’ils avaient du poison avec eux :
"Quand vous être partis pour la Grande-Bretagne, quand vous étiez à Londres, ou quand vous étiez à Salisbury, tout le temps de votre séjour, est-ce que vous aviez avec vous du Novitchok ?"

Après un court silence, Bochirov, très tendu, répond un "Niet" qu’immédiatement, Petrov accompagne, plus décontracté d’un "Vous savez, il me semble que ce sont des bêtises…"

En somme, difficile de savoir ce qu’attendait la chaîne de cette entrevue, qui n’aura convaincu personne et restera l’un des événement de cette rentrée médiatique. Les internautes se sont emparés du sujet et l’ont détourné à des fins humoristiques.

Les réactions ont d’abord été recueillies par le journal Meduza du 13 septembre :

Commentaires et Tweets

Никита Лихачёв @Niketas :
"Que le sweat blanc-doré de Bochirov est beau"

"Moi Pétrov ai demandé à Bochirov/
Ne partirions-nous pas pour Salisbury ?
Là-bas l’air air est pur
Et Bashirov se dresse une tour"

Здесь Шепелин@ilya_shepelin :

- Qu’est ce que vous avez fait là-bas ?
- Des amis depuis nous conseillaient de visiter cette ville magnifique.
- Salisbury ? Une ville magnifique ?
- Oui.
- Pourquoi est-ce qu'elle est belle ?
- Là-bas il y a, euhhhh, cette fameuse cathédrale…La cathédrale de Salisbury !

th_RT_bd.jpg
Sur la toile
Logo de la Chaine : SpartaToday, en référence, bien sûr, à RT)

(Bochirov, à gauche : C’est la police d’Athènes elle-même qui a empoisonné Socrate. Les Athéniens veulent ils une nouvelle guerre du Péloponnèse ? Ils l’auront.
Petrov, à droite : Nous ne savons rien de l’empoisonnement de Socrate. Nous sommes de simples hoplites de Sparte, nous nous sommes rendus à Athènes pour voir le Parthénon)

La spontanéité de l’interview en a surpris plus d’un : la veille, Vladimir Poutine confirmait que les suspects désignés par la Grande-Bretagne avaient bien été retrouvés et qu’il les invitait à s’exprimer à la télévision . Sur ce, Margarita Simonyan s’empressait de dire sur Télégramme qu’il serait bien d’organiser une interview et, le hasard faisant bien les choses, les deux invités sont venus d’eux-mêmes trouver la journaliste.

Près d’une semaine après la diffusion du document, les internautes continuaient de s’amuser :

th_FB.jpg
Publication d’Afisha, magasine culturel généraliste spécialisé dans le divertissement urbain sur sa page FB du 21 septembre 2018 avec pour titre:
L’information du jour en image.

0


0
Login or register to post comments