Russie : de l’eau bénite sur Marilyn Manson

Metal hurlant et Eglise orthodoxe ne font pas bon ménage en Russie. Concerts annulés, ou interrompus avec des arrestations arbitraires... Les metalleux russes sont en colère et accusent l’Eglise orthodoxe de leur faire la guerre par tous les moyens.

russie-metal-musique-orthodoxie-concert-societe
Annulation du concert de Cannibal Corpse en octobre dernier à Nijni Novgorod

Sergueï, un metalleux de Tchéboksary voulait aller voir Slayer, Sodom et Marylin Manson en concert dans diverses villes de Russie. Ces trois concerts ont été annulés. Il raconte que dans le cas de Slayer (groupe de thrash metal américain) des problèmes techniques ont été évoqués pour expliquer l’annulation de la représentation.

Le cas de Marilyn Manson est plus explicite : après avoir subi un lancer d’oeufs et d’eau bénite de la part d’activistes orthodoxes à son arrivée à Moscou, c’est toute sa tournée russe qui est passée à l’as en juin dernier.

Vu l’ambiance, Sergueï aurait aussi préféré que le concert du groupe de métal américain Cannibal Corpse, du 10 octobre dernier à Nijni Novgorod, soit également annulé car c’est au poste de la police des stupéfiants qu’il a finalement passé sa soirée.
Le cas du concert de Cannibal Corpse a fait beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux. D’après le Service fédéral de lutte contre la circulation des stupéfiants (FSKN), le concert qui se déroulait dans la boîte de nuit Milo à Nijni Novgorod "a dû être interrompu", selon les termes des autorités, pour mener à bien une opération routinière de prévention et de contrôle anti-drogue du nom de "Diskoteka 2014 ".

La communauté metal locale n’en croit pas un mot et sait parfaitement que les raisons de l’annulation sont toutes autres. Quant aux arrestations, elles auraient concerné des personnes qui "éveillaient des soupçons concernant la consommation de substances stupéfiantes ou psychotropes". Sergueï a été arrêté pendant qu’il fumait dehors, et selon lui, les forces de l’ordre ont arrêté les quelques vingt personnes qu’elles avaient "sous la main".

Le metal nuit à la moralité publique selon les autorités russes

Les concerts de Cannibal Corpse et de Craddle of Filth qui devaient se tenir à Nijni Novgorod respectivement le 10 et le 15 octobre, ont été jugés indésirables par des députés et des ecclésiastiques locaux. Alexandre Perov, député communiste à la Douma de Nijni Novgorod, s’est fait connaître de la presse locale en préconisant l’annulation de ces concerts pas plus tôt que le 9 octobre 2014. Le lendemain, la mystérieuse opération de contrôle de narcotiques à l’attention des fans de Cannibal Corpse avait lieu à grands renforts d’OMON (équivalent des CRS en France) et de forces spéciales. Selon M. Perov, il fallait empêcher les groupes Cannibal Corpse et Craddle of Filth de jouer car "ils font l’apologie d’un mode de vie immoral, du meurtre et de la violence".

"Les noms de ces groupes sont plus qu’explicites : Morts aux cannibales et Le Berceau de la Perversion (traductions proposées par le député russe), il faut se préoccuper de l’éducation de nos enfants et ne pas donner accès à l’oeuvre de ces groupes", a t-il affirmé dans la presse russe.
Le député local ne s’est pas contenté d’un beau discours ponctué de traductions approximatives de l’anglais au russe : au nom des valeurs familiales traditionnelles, il a ensuite demandé au parti Russie Unie, parti majoritaire à la Douma de Nijni Novgorod, de lui prêter main forte et de veiller à l’annulation de ces concerts. Le concert du groupe de black métal Craddle of Filth prévu pour le 15 octobre n’a donc pas eu lieu, les organisateurs ont évoqué "des retards de livraison d’équipement sonore".

Le patriarcat de Moscou anti-metalleux

La vague d’annulations douteuses des concerts de métal a commencé au printemps dernier, les premières victimes étant les Polonais du groupe de black métal Behemoth, qui ont eu la mauvaise idée d’intituler leur tournée en Russie "Russian Satanist". Le patriarcat de Moscou s’était alors publiquement opposé à la venue du groupe en Russie et a visiblement obtenu gain de cause lorsque les membres du groupe ont été placés en détention provisoire puis déportés, soi-disant parce que leur visa était entaché d’irrégularités.

Plus récemment, le 3 novembre dernier, le concert de Sodom à Krasnoïarsk a été annulé "non sans le concours d'une tierce personne" comme les organisateurs tiennent à le signaler.

Et selon Sergueï, la vague répressive qui s’abat sur le metal n’est manifestement pas terminée.

Retrouvez RUSSIE INFO sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments