Russes et Américains continuent de s’opposer en Syrie

0

Les États-Unis et la Russie continuent à s'écharper sur le raid aérien mené contre un convoi humanitaire.

Environ 20 personnes, dont un responsable du Croissant-Rouge, ont trouvé la mort dans cette attaque, la plus meurtrière en Syrie contre un convoi humanitaire depuis 2011. Le raid a entraîné la suspension de l'acheminement par camions de l'aide de l'ONU qui avait à peine démarré.

La Maison Blanche a affirmé qu'elle tenait "le gouvernement russe pour responsable" de ce bombardement, soulignant que seuls Moscou ou le régime syrien pouvaient en être à l'origine. Plus précis dans ses accusations, un responsable américain anonyme a confié que selon "notre meilleure estimation [...] ce sont les Russes qui ont mené cette frappe" et que deux bombardiers russes SU-24 étaient sur la zone au même moment. L'opposition politique syrienne a aussi montré du doigt Moscou et son protégé, le régime de Damas.

La diplomatie russe a aussitôt condamné "avec indignation et colère" des allégations "sans fondement et hâtives", faites par des "protecteurs de terroristes et de bandits".

Sur le théâtre de guerre, les violences ont repris de plus belle au lendemain de l'annonce par l'armée syrienne que le cessez-le-feu, péniblement imposé par Washington et Moscou il y une semaine, avait pris "fin". "Le cessez-le-feu n'est pas mort", a pourtant assuré le secrétaire d'État américain John Kerry après une réunion dans un palace new-yorkais du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), rassemblant depuis un an 23 pays et organisations internationales. Mais le GISS n'a fait aucune annonce après une heure de discussions "dans une ambiance dramatique et lourde", selon le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault.

John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov devraient se revoir cette semaine et le GISS se réunira de nouveau probablement vendredi, ont indiqué des diplomates.
Source France 24

0


0
Login or register to post comments