Plonger sous les glaces du lac Baïkal

Moniteur professionnel depuis 1999, Alban Michon propose aux plongeurs avertis une expédition sous les glaces du Baïkal. Destination la Sibérie orientale, dans les profondeurs du lac.

Crédit photo: Daniel Saldana / Abyss

Depuis vingt-deux ans, Alban Michon plonge dans les eaux glacées. Spécialiste et passionné du monde de la glace et du froid, le plongeur revient d’une expédition au Pôle nord. Un petit entrainement avant de tenter l’aventure dans les profondeurs du plus ancien lac existant au monde, le lac Baïkal.

Directeur de l’école de plongée sous glaces de Tignes, Alban Michon travaille en indépendant lorsqu’il accompagne des groupes pour Abyss. Une agence installée à Genève et spécialisée dans la plongée sous la glace.

Le voyage pour le lac Baïkal s’organise en fonction du nombre de participants. Il ne s’adresse qu’aux plongeurs confirmés possédant des diplômes de niveau 2 et surtout qui ont déjà l’expérience de la plongée avec une combinaison étanche. « Il s’agit de plongeurs avertis en recherche de voyages hors normes, de sensations exceptionnelles et attirés par la Sibérie », explique Alban Michon. Les clients sont essentiellement des Français et des Suisses.

Jouer sous le plafond de glace

L’eau du lac est réputée pour sa pureté. A l’intérieur, peu de poisson et peu de flore. Il y a donc peu d’intérêt à aller en profondeur. «Nous descendons seulement entre 10 et vingt mètres de profondeur, et nous restons proches de la côte avant tout pour jouer avec le plafond de glace et le jeu de lumière dans celle-ci ».

Dans le monde de la plongée en eaux glacées, le lac Baïkal est une perle rêvée par les bons amateurs. « Comme au Pôle nord, les fonds ont du relief. Les plaques de glace se chevauchent à l’extérieur et sous l’eau on retrouve un relief sous-marin unique. La clarté de l’eau est exceptionnelle. Plus il fait froid, plus les particules se posent au fond donc la visibilité est parfaite. Si les températures extérieures peuvent atteindre les moins trente degrés, l’eau conserve un timide degré, à la limite de la congélation», indique le plongeur.

Trou_Baikal.jpg
L'équipe entretient le trou d'accès à l'eau
Crédit photo: Daniel Saldana / Abyss

Un sport à la limite de l’extrême ? Pas vraiment, selon Alban Michon qui insiste sur l’encadrement et le professionnalisme des Russes « de très bons plongeurs » qui s’occupent de la logistique et qui fournissent le matériel. Les prestataires russes organisent la tente, point de chaleur indispensable pour accueillir les plongeurs à la sortie de l’eau, et creusent le trou dans la glace qu’ils entretiennent le temps de l’expédition : l’eau douce du lac Baïkal gèle à zéro degré « et des paillettes de glace se forment alors au niveau du trou de plongée ».

Image of Baïkal
Manufacturer: L'Infini
Part Number:
Price: EUR 12,00

« Contre l’hypothermie qui peut surprendre les plongeurs à la sortie de l’eau, une tente est installée près du trou pour éviter tout refroidissement. Il faut absolument que le plongeur se réchauffe dés la sortie. C’est sans doute le seul moment délicat, mais la logistique est appropriée », rassure Alban Michon.

La dernière expédition sous les glaces du Baïkal organisée par l’agence Abyss remonte à 2009. Cette année, le voyage se fera seulement si un minimum de cinq plongeurs s’inscrit. Le départ est prévu pour février ou mars : avant il fait trop froid, après la plaque de glace se réchauffe et fond trop vite.

Le coût d’une telle aventure est de 2.530 € au départ de Paris jusqu’à Irkoutsk. Cela comprend les transferts et l’hébergement, pendant 6 jours chez l’habitant, dans une datcha en pension complète.

Renseignements sur le site de l’agence Abyssworld.com
Téléphone : +41 (0)22 733 00 08

4.5


4.5
Portrait de Lucie
4

Malgré le froid, ça donne envie d'essayer



Portrait de Macha
5

Cela doit être une aventure géniale... Mais rien que d'y penser, je manque d'air !



Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires