Opération «économie» pour François Hollande en Russie

Après une visite en juin dernier de Vladimir Poutine à Paris, c’était au tour de François Hollande de venir à Moscou rencontrer le président russe. Une visite de 24 heures qui s’est achevée hier et qui a mis les relations économiques au cœur des priorités.

russie-france-politique-economie-poutine-hollande-moscou
© RIA Novosti. Alexei Druzhinin

Pour sa première visite officielle en Russie, François Hollande a placé l’économie au cœur de ses préoccupations. Hier, le quotidien russe Nezavisimaya Gazeta a d’ailleurs campé le décor en affirmant que «François Hollande vient à Moscou pour l'argent».

Accompagné d’une douzaine de dirigeants de Total, Thales, la SNCF, Sanofi ou Airbus, le chef de l’Etat a souhaité privilégier les relations économiques entre les deux pays partenaires, doper les investissements français en Russie et faciliter les investissements russes en France.

Face au milieu d’affaire français, rencontré hier matin, le Président de la République a admis qu’il y a une "sorte de suspicion" en France face aux investisseurs russes et qu’on ne parle pas assez de la Russie en France. Selon Moscou, les investissements russes en France ne représentent que 1 milliard d'euros contre 12 milliards d'euros dans le sens contraire. "Les capitaux français en Russie sont investis dans pratiquement tous les secteurs. Nous avons exprimé notre intérêt pour que les investissements russes en France augmentent également", a ainsi affirmé Vladimir Poutine.

Humour

Côté diplomatie, François Hollande a qualifié les relations franco-russes de coopération d’importance internationale. Les sujets d’actualité ont été abordés. Le président français a remercié son homologue russe pour son soutien concernant l’opération militaire au Mali ainsi que pour son aide apportée lors du retrait français d’Afghanistan. Les deux dirigeants ont aussi affiché leur unité sur l’Iran et son programme nucléaire.

Image of La nouvelle grande Russie : De l'effondrement de l'URSS au retour de Vladimir Poutine
Manufacturer: Ellipses Marketing
Part Number:
Price: EUR 12,20

Mais quelques désaccords se sont ressentis au sujet de la Syrie. Paris et Moscou divergent sur la méthode à adopter. La première réclame le départ de Bachar el-Assad tandis que la seconde pense que c’est par lui que peuvent s’ouvrir le dialogue politique.
«Impossible d’arriver à une position commune sans une bonne bouteille de vin ou de vodka» a conclu le président russe.

«C’était une belle visite d’amitié, une visite de liberté, de vérité, de puissance à puissance», a résumé Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, venu accompagner le Chef de l’Etat à Moscou.

Discrétion sur les droits de l’Homme

Malgré un échange très riche de près de six heures avec Vladimir Poutine, François Hollande a choisi de rester discret sur la situation des droits de l’Homme en Russie. Mais afin d'échapper à ces critiques, Paris a organisé une rencontre à l'ambassade de France avec des représentants de la société civile - dont beaucoup ont été convoqués au dernier moment - et qui ne paraît pas à l'agenda officiel diffusé à la presse, a indiqué hier le Figaro.
Pas un mot non plus sur l’affaire des Pussy Riot.

Le Chef de l’Etat a terminé sa visite de 24 heures à Moscou par un bref discours d’une dizaine de minutes à l’Ambassade de France, devant un parterre de Français qui l’attendaient déjà depuis plusieurs heures. Non sans humour, il leur a exprimé toute sa gratitude pour leur patience mais a tenu aussi à les remercier " de travailler à l’amitié entre les deux pays".

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments