Obama à Poutine: "tout peut être encore résolu diplomatiquement"

0

Dimanche soir, à la suite des résultats du référendum validant le choix de la population de rattacher de la péninsule à la Russie, Barack Obama s'est entretenu au téléphone avec Vladimir Poutine.
Le président américain a insisté sur le fait que le référendum "ne serait jamais reconnu par les Etats-Unis et la communauté internationale" et que les actes de la Russie "constituaient une violation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine et que, en coordination avec nos partenaires européens, nous sommes prêts à imposer des coûts additionnels à la Russie pour ses actions".

Obama a également déclaré au président russe que la crise pouvait encore être résolue par la voie diplomatique, à condition que l'armée russe cesse ses « incursions » en Ukraine. Au téléphone, Vladimir Poutine a de son coté défendu un référendum « pleinement conforme au droit international ».

Le parlement en Crimée se réfère au précédent du Kosovo pour ancrer son action dans le droit international. Ainsi le premier paragraphe de la déclaration d’indépendance, adoptée mardi dernier par le Parlement, mentionne explicitement ce cas, et demande à la Cour internationale de justice d’approuver la sécession de la république russophone.

« Nous, membres du Conseil supérieur de la République autonome de Crimée et du Conseil municipal de Sébastopol, sur la base de la Charte des Nations Unies et des autres documents internationaux qui reconnaissent le droit des peuples à l’autodétermination, et tenant compte de la confirmation de la Cour internationale de Justice sur le cas du Kosovo du 22 juillet 2010 qui établit que la déclaration unilatérale d’indépendance d’un Etat ne viole pas le droit international, adoptons ensemble cette décision ».

Retrouvez RUSSIE INFO sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments