Nationalisme en Russie: la deuxième invasion de Batu Khan

Des séparatistes tatares agitent l'épouvantail du conquérant mongol pour renforcer leur construction d’un nationalisme essentiellement dirigé contre la Russie. Et cela sans prendre en compte les illogismes et les inexactitudes historiques.

russie-politique-nationalisme-batu-khan
Batu Khan

Des nationalistes radicaux du Tatarstan ont décidé de faire nouveau parler d'eux et de leurs ambitions en faisant appel à l'un des visages les plus odieux de l'histoire russe : Batu Khan, petit-fils de Gengis Khan, qui a dirigé la conquête des principautés russes au XIIIème siècle.

La figure du conquérant médiéval, célèbre en Russie pour ses campagnes dévastatrices sur les terres des slaves de l'est, doit relever « le sentiment et la conscience nationale tatare » selon les militants du mouvement de jeunesse tatare Azatlyk.
Ils ressortent ainsi ce personnage des placards de l’histoire sans se soucier du fait que Batu Khan, après avoir glorieusement mis le feu aux villes russes, a été également à l'origine de la destruction du Khanat bulgare de la Volga – un Etat antique de langue turque, considéré officiellement comme le premier Etat tatare !

Au contraire, les nationalistes prévoient cette année d'organiser en l'honneur de Batu Khan une série d'évènements publics.

Batu Khan, visage marketing

Comme l'explique le leader du groupe Azatlyk, Naïl Nabillyn, les membres du mouvement s'apprêtent à célébrer les victoires militaires du seigneur de guerre :

« Nous souhaitons, à travers le personnage de Batu Khan, nous rappeler ensemble la grande histoire du peuple tatare, ces moments de grâce lorsque la Russie, l'Europe et l'immensité des steppes tremblaient sous le galop de ses cavaliers », déclare avec lyrisme le leader des nationalistes. http://argumenti.ru/society/n373/228038

« Nous voulons montrer la force de l'esprit tatare et la puissance de son armée», dit-il en trahissant un militarisme et un amour de la grandeur typiquement russes. De plus, les militants ont l'intention de mener un travail de sensibilisation par le biais de conférences et de soirées consacrées à Batu, de diffuser des calendriers, tasses, brochures et autres produits dérivés représentant le conquérant comme un héros de la nation tatare.

Image of Le conquérant du monde : Vie de Gengis-Khan
Manufacturer: ALBIN MICHEL
Part Number:
Price: EUR 20,30

Selon Naïl Naboulline, les militants Azatlyk sont parvenus à imprimer et distribuer 150 000 calendriers avec le portrait de leur héros, à vendre 200 exemplaires de la révolte de Batyrsha de Fausia Baïramova (écrivain tatar et éminente activiste social), un classique de la littérature tatare contemporaine qui, séparatiste ou pas, verse volontiers dans les fresques historiques aux couleurs nostalgiques. Les nationalistes affirment qu'ils sont mêmes passés à la télévision locale.

Improvisations historiques !

L'antenne principale du groupe Azatlyk se trouve à Kazan. L'organisation dispose aussi de bureaux à Naberejnye Tchelny, 2ème ville la plus importante de la république tatare, et en Bachkirie.

Les membres du groupe Azatlyk ne prennent pas au sérieux les objections quant à la destruction par Batu du Khanat bulgare : peu importent les souffrances causées, il a décimé l'ennemi russe. Par là-même, si Batu Khan pouvait, malgré son appartenance mongole, devenir un héros national «tatare», alors le tsar Ivan IV le Terrible, tatare du côté de sa mère, tout en ayant mis fin au Khanat de Kazan aux côtés de Tatares de Kassimov, pourrait aussi bien s'improviser l'ennemi suprême...

Pour l'instant, le Kremlin de Kazan ferme les yeux sur cette propagande séparatiste, mais jusqu’à quand ? Pendant les années 90, elle représentait un moyen pratique pour les autorités tatares de faire chanter Moscou afin qu'elle accorde plus d'autonomie à la république régionale.

De plus, Kazan est actuellement suffisamment préoccupé par la préparation des jeux olympiques étudiants d'été ou Universiadas. Cet événement de grande ampleur sera, entre autres, l'occasion pour le Tatarstan de démontrer sa tolérance religieuse et ethnique.

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments