Moscou: un cochon et de la technologie au festival de son expérimental

Russie Info a passé une soirée aussi étrange qu’intéressante au centre d’expositions ZIL de Moscou pour l’ouverture du 9ème festival international de son expérimental. Explications et interview de l’organisateur du festival, Sergueï Kasich.

russie-russe-musique-art-festival-concert-technologie-electronique-moscou
Sergei Kostyrko - Soundartists Festival

Un public divers s’est réuni dans le tout nouveau centre culturel moscovite ZIL pour assister au 9ème festival international de son expérimental "Milieux préparés – 2017" organisé par le collectif SoundArtist.ru, sur le thème "La sensibilité du Milieu".
La majorité du public provient manifestement des milieux liés d’une façon ou d’une autre au sound-art russe, mais ils ne sont pas seuls : on aperçoit des babouchkas du quartier, des jeunes couples en recherche de diversité ou des visiteurs solitaires venus pour une raison qu’eux seuls connaissent.

La salle déborde de technologie : autour des haut-parleurs, un fouillis de câbles, d’ordinateurs portables et d’électronique artisanale à base de matériaux pour le moins étonnants. L’artiste Oleg Makarov qui commence le concert a construit une installation faite de boîtes de conserve en aluminium et d’un cochon en plastique vert. Les boîtes et le cochon produisent évidemment des sons, des chuchotements, sifflements et autres effets dédiés à vos récepteurs auditifs.

Selon Oleg, sa performance artistique "mardi soir" repose sur "l’électrostimulation".

th_Do.jpg
Oleg Makarov
Soundartists Festival

Le concert commence à vingt heures sonnantes, avec une précision mathématique. L’éclairage de la salle verdit jusqu’à se mettre à l’unisson du cochon en plastique, et sur le public, se déchaînent alors des vagues sonores évoquant le crissement d’insectes et des vibrations sourdes.
Makarov cède la place à Sergueï Filatov et à son projet "Particules en suspension". Pour ce projet, Sergueï Filatov a passé un an à réaliser des expériences sur le terrain, enregistrant et collectionnant des sons venus de milieux divers et variés, de la vie sous-marine au cœur des grandes villes. À l’aide de tous ces sons, il crée en direct un véritable paysage sonore à plusieurs niveaux.

Plus tard dans la soirée, Sergueï Kostyrko présente son projet "Module neuronal", qui transforme en sons les signaux envoyés par 64 nano-électrodes recouverts d’une couche de neurones artificiels.

Mais le clou du programme est Alexandre Senko: dans sa performance audiovisuelle algorithmique, Alexandre, inspiré par les travaux d’Umberto Eco, utilise les mathématiques et le codage pour tenter de répondre à une question au premier abord étonnante : l’art sonore est-il une pornographie ?

2.jpg
Alexandre Senko
Soundartists Festival

RENCONTRE avec Sergueï Kasich, organisateur du festival, mais aussi musicien électronique expérimental, acteur, sound artist, créateur d’installations interactives et artiste multimédia.

Russie Info: Sergueï, quel est le thème du festival ?

Sergueï Kasich : C’est un festival consacré au son expérimental. Il a été créé par la communauté de sound-art russe Soundartist.ru. C’est une forme de concert de fin d’année de notre communauté. C’est aussi un hommage informel à John Cage : nous appliquons son approche au son, mais nous allons encore plus loin, en utilisant des technologies modernes et en les réinventant en permanence, à la fois sur le plan instrumental et conceptuel.

Russie Info: Comment se sont passés vos débuts ?

Sergueï Kasich : Nous avons commencé il y a presque neuf ans, à l’époque nous étions la communauté Love Live Electronic, qui s’inscrivait dans la mouvance punk. Vous savez bien comment les punks fonctionnaient autrefois : "Voilà trois accords, on crée un groupe". Ils ont été remplacés par le mouvement synth-punk / synth-pop, qui affirmait : "Pas besoin d’accords quand il suffit d’appuyer sur une touche de synthétiseur pour qu’il joue tout seul".
Nous, nous sommes allés encore plus loin et avons affirmé : pas besoin de synthétiseur, nous pouvons créer nos propres instruments. Avec le temps, nous avons grandi et nous nous sommes assagis, mais le festival reste encore aujourd’hui un évènement plutôt radical, dans lequel subsistent des traces de cette folie: des instruments bizarres, ou bien des concepts complexes où les mathématiques se mêlent à la pornographie.

Russie Info: Comment choisissez-vous les participants au programme ?

Sergueï Kasich : Nous avons un groupe d’artistes que nous invitons régulièrement. S’ils ont le temps, ils participent. Parmi eux, certains sont là depuis la création du festival il y a neuf ans. En plus de cela, je suis toujours la carrière de jeunes artistes, je recherche des nouveaux noms et j’invite les plus prometteurs. Enfin, nous organisons un open call : tous ceux qui le souhaitent peuvent envoyer une demande de participation en décrivant leur concept. Ceux qui correspondent au thème du festival et sont sélectionnés peuvent aussi participer.

Russie Info : Après l’entracte, en voyant le public clairsemé, vous avez dit "Voilà, il ne reste que notre vrai public". Mais qui sont ces gens ? Et quel message voulez-vous leur faire passer ?

Sergueï Kasich : Tous ceux qui s’impliquent dans le festival forment un mouvement culturel particulier, qui a besoin d’être soutenu en permanence pour continuer d’exister. Les gens qui pratiquent le sound-art voient ici qu’ils ne sont pas seuls. Ce festival leur offre aussi une régularité: ils connaissent la date du prochain festival et peuvent s’y préparer.

Et enfin, ils voient qu’il existe un public que le sujet intéresse, en particulier ceux qui restent après l’entracte. D’ailleurs, ceux-ci restent souvent avec nous des années. Nous avons un public fidèle, et qui nous suit. Et pour moi, si nous avons un public, cela veut dire que notre activité est importante.

th_34.jpg
Photo
Soundartists Festival

Russie Info: Est-il déjà arrivé qu’un spectateur devienne lui-même sound-artist, ou participe au développement de ce mouvement d’une façon ou d’une autre ?

Sergueï Kasich : Il y aurait beaucoup d’histoires à raconter. Par exemple : il y avait un jeune homme qui visitait notre festival depuis l’âge de 15 ans. À 19 ans, il a organisé son propre festival, encore plus fou et délirant que le nôtre.

Russie Info: Souhaitez-vous populariser le sound-art ?

Sergueï Kasich : Nous menons de nombreux évènements de façon continue : des concerts, des leçons, des expositions, des démonstrations. Mais populariser, c’est un exercice difficile, parfois couronné de succès, et parfois non. D’une manière générale, comme dans tous les autres domaines culturels, l’important est d’avoir une régularité pour permettre le développement.

Russie Info: On retrouve au programme du festival des artistes venus d’Europe. Ceux-ci sont-ils fondamentalement différents de leurs collègues russes ?

Sergueï Kasich : Je ne trouve pas, mais peut-être cela vient-il du fait que je suis moi-même au centre du sujet. Il me semble cependant que le sound-art est déjà en soit un segment très européen de l’art moderne russe. Tous les artistes de notre programme sont aussi connus en Europe. Alexandre Senko, par exemple, se produit dans le monde entier: en Europe, au Brésil, aux Etats-Unis. Moi-même, je travaille sur différents continents.

Russie Info: Le festival ne fait que commencer et durera jusqu’à la fin du mois. Que faut-il absolument y voir ?

Sergueï Kasich : Il faut absolument écouter les concerts des "Milieux préparés", car les artistes préparent leurs représentations (d’où le nom) uniquement pour ces concerts, et elles ne sont montrées qu’une seule fois.

Nous allons aussi organiser un atelier d’écholocalisation humaine, dans lequel un moniteur de l’organisation World Access for The Blind va apprendre à des aveugles et à des voyants des techniques d’orientation dans l’espace grâce à la réverbération sonore.
Nous préparons ce projet depuis cinq ans et je pense que c’est le clou de notre festival, il s’inscrit parfaitement dans notre thème de la "sensibilité du milieu". Le festival accueillera aussi la première algo-rave de Russie: une nuit de musique électronique créée en temps réel par des algorithmes. C’est très à la mode en ce moment.

Le festival "Milieux préparés – 2017" se tient jusqu’à 24 mai dans différentes salles d’exposition de Moscou.
Programme : http://soundartist.ru/ps-09 (en russe)

0


0
Login or register to post comments