A Moscou, mère et fille bataillent pour la sauvegarde du patrimoine russe

C’est une certaine façon de vivre, qu’Emilia et Rosalia tentent de sauvegarder à travers leur restaurant familial. C’est également le patrimoine culturel et l’histoire du vieux Moscou qu’elles défendent face aux tendances actuelles d’affairistes qui font peu de cas du charme d’autrefois.

Dîner au Stanislavskovo 2 est une expérience qui ne s’oublie pas. De bouche à oreille, on récupère un numéro de téléphone pour réserver une table sans être sûr qu’il y aura quelqu’un au bout du fil ou que l’endroit existe encore. Mais Emilia répond toujours, en russe, en anglais ou dans un français parfait.

Cette brune pétillante vous accueille chez elle, dans son intérieur russe, aux murs recouverts de tableaux, et parfumé par la cuisine de Rosalia. Les pirojkis sont au chaud, le caviar d’aubergines et les cèpes marinés au frais, le bortch mijote, l’agneau aux pruneaux et le pilaf fleurent bons les épices.

L’ambiance est festive au Stanislavskovo. On dîne en musique avec un jeune pianiste, Farid Makhmoudov, parfois accompagné par Emilia, qui n’hésite pas à donner de la voix.
Rosalia et Emilia savent recevoir. Mère et fille sont à la tête de ce restaurant privé depuis 1988. «C’était le début de la Perestroïka, et Mikhaïl Gorbatchev permettait aux Russes de posséder leur propre affaire. Nous n’avons pas hésité. C’est également à cette époque qu’un autre restaurant connu, le «Café Margarita» a ouvert», se souvient Emilia.

Un bâtiment historique menacé d’être rasé

Pour les deux femmes, ce restaurant est un engagement qui va au-delà des cuisines. Depuis 2004, leur affaire subit la pression de promoteurs peu scrupuleux qui considèrent l’ensemble du bâtiment « trop vétuste » et souhaitent le raser pour le remplacer par un immeuble moderne. « Le bâtiment a été construit en 1793, c’est un véritable patrimoine architectural. Il a d’abord appartenu à Gregory Orlov, le grand amour de l’impératrice Catherine II, puis au Prince Nikolaï Youssoupov. Il a également reçu la visite de Napoléon en 1812 », explique Rosalia.

Résolues à protéger cet hôtel particulier et l’ensemble de l’immeuble de la destruction, les femmes se sont engagées dans une véritable bataille juridique.
Une affaire difficile puisque si l’appartement dans l’hôtel particulier leur appartient, le reste de l’immeuble est propriété de l’Etat. Il aura donc fallu passer par quatre chambres d’instruction pour que les juges déboutent enfin le promoteur.

Image of La Russie contemporaine
Manufacturer: Fayard
Part Number:
Price: EUR 30,50

La bataille judiciaire a duré quatre années et aujourd’hui, Emilia et Rosalia semblent en passe d’avoir sauvé ce bâtiment du XVIIIème siècle. Les deux femmes sont cependant réalistes et bien que la maison ai été classée monument historique, elles savent que «la bataille ne sera remportée que lorsque la Commission de Protection de l’Héritage Culturel de Moscou fera des restaurations importantes». Ce que les femmes ne peuvent entreprendre étant les seules locataires et propriétaires des lieux.

Aujourd’hui, les intimidations et les pressions psychologiques exercées par les promoteurs se sont calmées. Encore en 2009, elles avaient subi l’entière destruction du sol de l’appartement. Plus fortes et plus optimistes pour l’avenir, les deux femmes se rappellent qu’après tout, «nous avons bien échappé au racket des années 90 !».

Avec la nomination du nouveau maire, Sergueï Sobianine, Rosalia espère que l’héritage culturel russe sera protégé.
En attendant, le Stanislavskovo 2 continue d’accueillir des habitués, ou des visiteurs de passage, venus chercher un peu de l’âme du vieux Moscou.

Stanislavskovo 2
2 Leontyevsky Pereulok - Moscou
Ouvert tous les soirs à partir de 18h.
2000 Roubles par personne, vodka comprise
Réservation auprès d’Emilie : 789 06 16

0


0
Portrait de Jeanne

Miam miam...



Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires