À Moscou, les statues se déplacent au fil de l’histoire

Sur les traces des statues voyageuses de la capitale russe.

Dans la capitale russe, les monuments sont des pièces dont les déplacements reflètent les tourments de leur époque. Et parfois, même les plus prestigieux finissent tristement leurs existences dissimulées aux regards dans des arrière-cours obscures.

Idea Guide, partenaire de Russie Info, nous propose une promenade dans Moscou sur les traces de ces statues voyageuses.

La statue de Dostoïevski remisée

Après la Révolution d’Octobre 1917, Lénine, inspiré par l’utopie La Cité du Soleil de Campanella, conçoit un plan ambitieux de propagande à travers les monuments. Ainsi, la sculpture, qui, avant la Révolution, était un art de l’abondance, célébrant des périodes fastes, continue à être largement utilisée par le pouvoir soviétique, malgré les pénuries frappant alors le pays.

De ces premières statues soviétiques, très peu ont été conservées aujourd’hui : réalisées à la hâte, avec des matériaux bon marché, elles n’ont pas survécu au passage du temps.

Pourtant la statue de Fiodor Dostoïevski fait exception : construite peu de temps avant la Révolution par le sculpteur Sergueï Merkourov, puis achetée par le pouvoir soviétique, elle fut installée en 1918 sur Tsvetnoï Boulvar, un emplacement prestigieux et très fréquenté.

th_Dostoyevsky_2.jpg
Fiodor Dostoïevski
Idea Guide

th_Dostoyevsky_sur_Tsvetnoy_Boulevard.jpg
La statue de Dostoïevski sur Tsvetnoï Boulevard
Archives

Mais ce monument, trop sombre, trop torturé, pour lequel avait posé le chanteur Alexandre Vertinski, symbole de l’esthétique "fin de siècle", sa pose fragile aux mains tordues, son épaule dénudée, n’était pas compatible avec les nouveaux canons de l’esthétique soviétique.

En 1936, lors de l’élargissement du Boulevard Tsvetnoï, il fut remisé dans la cour de l’hôpital Mariinski de Moscou, où se trouve aujourd’hui le musée Dostoïevski.

th_Dostoyevsky.jpg
La statue dans l'ancienne cour de l’hôpital Mariinski de Moscou
Idea Guide

Pouchkine traverse la rue

La statue d’Alexandre Pouchkine située sur la place du même nom a elle aussi voyagé. Non pas que son sujet soit tombé en disgrâce, bien au contraire : la popularité de Pouchkine n’a fait qu’augmenter durant la période soviétique, le pouvoir ayant érigé le poète en figure de proue de la littérature russe en 1937, à l’occasion du centième anniversaire de sa mort.

C’est également en 1937 que le Monastère Strastnoï, qui occupait l’emplacement de l’actuel cinéma Rossia, fut définitivement rasé. À l’origine, la statue de Pouchkine lui faisait face, de l’autre côté de la rue Tverskaïa, et sa pose, tête légèrement inclinée, était pensée comme un hommage au monastère.

th_Pouchkine.jpg
Statue de Pouchkine, place Pouchkine
Idea Guide

Ce nouveau Gogol, difficile d’imaginer qu’il a écrit les Âmes mortes…

La première statue de Nikolaï Gogol à être installée sur le Boulevard du même nom à Moscou fut érigée en 1909 pour le centenaire de sa naissance. Mais Staline détestait cette statue, sculptée par Nikolaï Andreïev, et en 1952, dans le journal Iskusstvo, un article critiqua le monument de Andreïev qui "ne correspondait pas à la vision soviétique de la personnalité et de l’art de Gogol".

La même année, la statue fut remplacée par un nouveau monument, réalisé par Nikolaï Tomski, et l’originale remisée dans la cour de l’hôtel particulier où Gogol avait fini ses jours, à seulement quelques centaines de mètres de son ancien emplacement.

L’œuvre d’Andreïev est particulièrement complexe. Selon l’angle sous lequel on observe Gogol, son expression change, passe de l’amusement, au sarcasme et au tragique alors que son piédestal présente les héros des romans de ses différentes périodes, de la période ukrainienne de sa jeunesse à ses romans pétersbourgeois, puis au Réviseur et enfin aux Âmes Mortes.

La nouvelle statue, beaucoup plus simple, arbore une expression satisfaite renvoyant à la ligne unique du gouvernement soviétique.

th_Gogol3.jpg
La première statue de Gogol réalisée par Nikolaï Andreïev
Idea Guide

th_Gogol2.jpg
Gogol réalisé par Nikolaï Tomski
Idea Guide

L’intelligentsia moscovite plaisantait à propos du nouveau monument:

"Ce nouveau Gogol, difficile d’imaginer qu’il a écrit les Âmes mortes… Difficile même d’imaginer qu’il les ait lues !"

0


0
Login or register to post comments