Moscou : Fanny Ardant lance l'année linguistique et littéraire franco-russe

0

Fanny Ardant a fait tourner les têtes des personnalités russes et françaises présentent à l'Institut culturel français de Moscou pour le lancement de l'année linguistique et littéraire franco-russe.

Cette année 2018 aura la particularité importante de lier pour la première fois la littérature russe et française dans les deux pays. Une année croisée, créée autour de la Francophonie dans le monde, avec la présentation d'auteurs russes présentés dans toute leur diversité, c'est-à-dire non seulement ceux qui vivent en Russie, mais aussi en Europe et aux États-Unis.

Cette année, la Russie célébrera l'anniversaire de plusieurs écrivains tels que Ivan Tourgueniev, Maxim Gorki et Alexandre Soljenitsyne.

En mars, la Russie sera représentée au salon du livre de Paris, où elle est l'invitée d'honneur. Une troupe littéraire d'une trentaine d'écrivains sera présente.

FA.jpg
Fanny Ardant à l'Institut français de Moscou
Photo Alexandre Korolkov

Fanny Ardant a confié être une lectrice passionnée et a fait une véritable déclaration d'amour à la littérature russe.

«Je suis tombée amoureuse de la Russie à cause de sa littérature. La première fois que je suis venue ici, c'était à l'époque soviétique, et j'ai eu une vision romantique de la Russie. Je pensais voir le prince Mychkine (personnage du roman L'Idiot de Dostoïevski, ndlr), et ici, je vais rencontrer Tatyana Larina ou Eugene Onegin..."

"La littérature russe contribue à réduire le temps dans les relations entre les pays ".

L'actrice a révélé que le roman Eugene Onegin était son travail littéraire préféré en russe, et qu'elle aimerait le connaitre par cœur. Elle a également dit qu'elle se souvenait de la publication à Paris du roman de Vassily Grossman "Vie et Destin" : "C'était comme prendre une bouteille avec un message jeté dans l'océan."

A Moscou, Fanny Ardant va rencontrer des écrivains russes: Pavel Basinsky, Guzel Jahina, Zakhar Prilepin, Marina Stepnova et d'autres. De plus, elle présentera son film "Le divan de Staline", tourné à partir du roman éponyme de Jean-Daniel Baltes.

"Je me suis toujours demandée ce que le public russe penserait de mon film. J'aime quand quelqu'un n'est pas d'accord. (...) Staline est une métaphore, j'ai vu à travers lui l'incarnation du pouvoir absolu. Le public me dira ce qu'il en pense après avoir regardé."

0


0
Login or register to post comments