Mariage gay en France: points de vue russes

Le projet de loi en France sur le mariage des couples homosexuels est accueilli en Russie avec perplexité et scepticisme. Hétéros et gays, qu’en pensent–ils ?

russie-societe-homosexualite-famille-amour-mariage-adoption
© MAXPPP / Europe1

« J’ai très peur de voir le déclin de la France, de sa culture et de sa morale », réagit à chaud une jeune moscovite hétéro, Maria D., à l’annonce du projet de loi sur le mariage des couples homosexuels.

« On peut imaginer que c’est un pas vers la liberté et la tolérance mais en réalité il s’agit d’aller vers la décadence de la société française et vers la décomposition de sa morale parce que le mariage homosexuel est contre nature, cela n’est pas normal. Le mariage est une union entre un homme et une femme», poursuit-elle.

« Le problème le plus grave dans ce projet de loi, ce n’est pas le mariage, c’est le droit à l’adoption des enfants qui en découlera. Ceux élevés par des homosexuels le deviendront probablement eux-mêmes une fois adulte. Et s’il n’y a pas de cause à effet avéré, en tout cas, il y a un risque car l’environnement de l’enfant y sera propice. Les garçons, par exemple, ne pourront pas être élevés comme de vrais hommes», renchérit un quadragénaire hétéro.

"Les gens préfèrent stigmatiser et haïr"

Les mots sont lâchés, durs, sans nuance. L’homosexualité reste un sujet sensible en Russie, et même si le regard des Russes à tendance à évoluer, ces derniers considèrent toujours que c’est l’un des actes les plus amoraux, après l’abandon de son enfant et le suicide. Ces « péchés » occupent la première place dans les classements établis par les sociologues du Centre Levada.
Il n'y a donc pas de reconnaissance des unions homosexuelles en Russie, et le mariage gay y est bien entendu interdit.

« Les gens préfèrent stigmatiser et haïr qu'essayer de comprendre. Même si Moscou est une ville contemporaine, les gens y ont des vies difficiles et personne pour les défendre, alors la société n’est pas heureuse et préfère se chercher des ennemis, comme les immigrés ou les homos. Malheureusement la majorité des gens pensent comme ça. Regardez ce qui s'est passé à Saint-Pétersbourg, on a associé le mot homosexuel et pédophile pour susciter le dégoût et la haine envers les homos », dénonce Dilyara, homosexuelle, en couple avec Lyusien.

Mais si c’était possible en Russie ?

Lyusien évoque l’absence de débat national en Russie, « en France, la société change et cela rend les gens plus heureux», dit-elle. Mais imaginer un projet de loi sur le mariage gay en Russie, « ce n'est pas pour bientôt et même pour jamais ».

Une telle loi est impensable en Russie parce que « le pays a une mentalité davantage tournée vers l’Asie. Nous sommes très conservateurs de nos valeurs et de nos traditions », explique la jeune Maria D. en évoquant l’influence de la religion orthodoxe ou de l’islam en Russie, où il y a des régions à majorité musulmanes.

Image of Les lendemains du mariage gay : Vers la fin du mariage ? Quelle place pour les enfants ?
Manufacturer: Salvator
Part Number:
Price: EUR 15,00

Toutefois, si la société russe permettait le mariage homosexuel, les deux jeunes femmes admettent qu’elles ne se marieraient pas. Craignant l’intolérance et l’homophobie.
« Parce que même s'il existait une loi écrite, je n'aurais aucune garantie qu'elle me défendrait. Nous ne sommes pas dans un Etat de droit », souligne Lyusien, tandis que sa compagne, Dilyara, reste plus nuancée et avance que cela dépendrait davantage du contexte national.
« Pourquoi pas si la société est en paix avec cette question. Le jour où notre gouvernement décidera de défendre ses propres citoyens alors nous n'aurons plus peur de parler dans un café, ou de se faire taper dans la rue », chuchote t-elle.

Une conséquence directe en Russie

L’application en France de l'ouverture du mariage aux couples homosexuels pourrait cependant avoir une conséquence directe en Russie en ce qui concerne l’adoption. Comme le mentionne l'Agence française de l'adoption (AFA), dans un futur où les couples homosexuels auraient le droit d'adopter à l'international, les pays qui n'acceptent pas ces candidats pourraient discriminer les célibataires et leur « fermer » ce droit.

«Dans un pays comme la Russie par exemple, on peut craindre l'arrêt de l'adoption par les personnes célibataires», qui deviendraient en quelque sorte «suspectes», a souligné Béatrice Biondi, la directrice de l'AFA.

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook et Twitter

0


0
Portrait de Torontonian69

Je suis boulversé et agace par ce que je viens de lire. Ça m'étonne qui en plein siècle XXI, il y a des gens qui pensent que les homosexuels sont tous aux moeurs légères, ne sont pas religieux et qu'ils sont incapables d'avoir une relation inchangée, monogame et pire qu'ils devraient être interdits d'élever des enfants. Le plus violent commentaire pour moi c'était celui qui dit que les enfants élevés par les homosexuels deviendront homosexuels eux-mêmes. Ça, c'est ridicule, raciste et comme si en Russie il n'y avait pas des homosexuels?!?! S'il vous plaît, mesdames et messieurs! Ayez des couilles!!!!

Moi, je suis un homosexuel religieux, habitant d'une ville très petite au Canada où tout le monde me connaît et me respecte. J'ai une relation monogame de presque 7 ans avec mon partenaire et nous sommes les fiers parents d'un fils adopté de 20 mois qui est aimé et adoré pour nous, nos familles, notre communauté et même nos collègues de travail. Et nous penson en adopter un(e) autre bébé. Nous aimerons, soutiendrons et respecterons notre fils, indépendamment de son orientation sexual.

Il est déjà prouvé scientifiquement que les enfants élevés par des couples homosexuels sont plus tolérants à pratiquement toutes les situations qu'ils se fassent face, sans juger personne de son orientation sexuelle, religieuse ou politique.

À ceux qui sont intolérant et préjugent un groupe minoritaire des gens : élevez-vous et goutez le café! sortez du moyen âge s'il vous plait...



Portrait de Platon

@Torontonian69 Je comprends que tu sois en colère, les Russes sont très intolérants et souvent extrêmes dans leurs jugements...malheureusement. Je pense qu'il faudra encore du temps pour que la Russie "s'assouplisse" et pas seulement envers les homosexuels mais aussi les gens de couleur.
Bien sûr cela n'excuse pas leur propos mais comme le dit une des personnes interviewée, "la société russe n'est pas en paix" et cela semble être sur de nombreuses questions sociales.



Portrait de ptitom

Moi personnellement je suis contre l'adoption par les couples homosexuels.

Au délà du "droit" des individus à adopter un enfant, il faut penser à l'intérêt de l'enfant. Je regrette, mais l'adoption ne doit pas être un acte égoïste où l'on satisferait un besoin de paternité individuel.
Un enfant possède biologiquement un père et une mère. Si le destin lui a été malchanceux, il est possible qu'il ait été privé de l'un des parents, voire qu'il soit devenu orphelin. Dans ce cas, l'adoption est une opportunité pour l'enfant de retrouver une cellule familiale.

Considérant que :
- l'adoption est TOUJOURS une souffrance pour l'enfant. L'enfant risque d'idéaliser ses parents biologiques, ou de se sentir déraciné de ses origines. Les problèmes se compliquent si l'enfant est africain dans une famille blanche : à 9 ans, une cousine à moi voulait brûler sa peau pour devenir blanche.

Considérant enfin que :
- les files d'attente d'enfants disponibles à l'adoption sont très LONGUES ;

-> je pense que les couples hétérosexuels doivent être prioritaires sur les couples homosexuels. En d'autres termes, il ne devrait y avoir aucune chance que les couples homosexuels puisse adopter. Ces derniers peuvent toujours se rabattre sur une conception naturelle entre un homme et une femme (quitte à se partager l'enfant).



Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires