Livre: Attentats de Moscou en 1999, le crime de Poutine

0

Le Nouvel Observateur consacre une page à l'extrait d'un long article rédigé dans le New York Review of Books, à propos du livre "The Moscow Bombings of september 1999 : Extermination of Russian Terrorist Attacks at the Onset of Vladimir Putin’s Rule" («Les attentats de Moscou de septembre 1999 : enquête sur les actes terroristes en Russie à l’aube de l’ère Poutine»), paru aux Etats-Unis en 2012.

Son auteur, le spécialiste de la Russie John B. Dunlop, revient en détail sur les attentats, attribués aux Tchétchènes, qui ont frappé Moscou en 1999, et avaient fait trois cents morts et des centaines de blessés. Il démontre l'implication directe de Vladimir Poutine, longtemps soupçonné d'avoir "déclaré la guerre à la Tchétchénie sous un prétexte mensonger" pour ce permettre, alors qu'il était "fraîchement nommé par le clan Eltsine de se hisser au pouvoir"

Image of The Moscow Bombings of September 1999: Examinations of Russian Terrorist Attacks at the Onset of Vladimir Putin's Rule
Manufacturer: ibidem-Verlag, Jessica Haunschild u Christian Schon
Part Number:
Price: EUR 34,76

L'auteur revient sur le contexte historique des évènements, sur l'impact des attaques qui furent "le 11 Septembre des Russes", et qui "suscitèrent une phobie du terrorisme – assortie d’un désir de vengeance contre les Tchétchènes."

Il explique ainsi l'implication des dirigeants de l'époque de Eltsine à Poutine en passant par Patrouchev, actuel secrétaire du Conseil de sécurité et ancien chef du FSB, protégé de Poutine. "L’«opération Successeur» de ce que Dunlop nomme "la Famille" devait ainsi légitimer Vladimir Poutine comme étant le successeur naturel du président Eltsine en 2000 et "asseoir sa domination qu’il exerce depuis lors sur la scène politique russe."

"Pour réussir (cette opération), il fallait qu’un événement quelconque vienne raffermir l’image publique de Poutine en prouvant sa capacité d’incarner un leadership fort. (...) il fallait davantage de violence pour justifier une guerre contre la Tchétchénie, susceptible de souder le peuple autour du nouveau Premier ministre."

L'article indique que Dunlop, chercheur associé à la Hoover Institution, voit dans son livre :
"le «travail préliminaire» à une enquête russe officielle, si elle devait jamais voir le jour (hypothèse très douteuse tant que Poutine sera au pouvoir). Il s’appuie sur les articles de fond de la presse russe, les propos de responsables des services de sécurité, les témoignages oculaires et les analyses de journalistes et chercheurs occidentaux. Les faits qu’il présente établissent de manière accablante que les autorités russes se sont rendues complices de ces attaques."

(...) "Dunlop est convaincu que la vérité finira par émerger, même si «cela prend une décennie ou plus».

Et même si, selon Sergueï Kovalev,président de l’organisation russe de défense des droits de l’homme Mémorial en 2000, "la plupart des Russes s’en moquent."

L'intégralité de l'article sur le site du Nouvel Obs

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments