Les Tchouvaches, 5e ethnie de Russie

Interview d’Alexandre Saveliev, spécialiste de la culture et des traditions tchouvaches en Russie.

Couple tchouvache - Photo : RBTH

Russie info a rencontré Alexandre Saveliev, linguiste spécialisé dans les langues turques, membre de l’Académie des Sciences de la Russie et fondateur de l’organisation tchouvache  "Haval" (la force). Il nous parle de l’histoire des Tchouvaches, de leur culture et de leurs traditions.

Rappel :

th_Capture_decran_2021-04-14_a_11.45.00.jpg
Carte avec la Tchouvachie
wikipedia
Les Tchouvaches sont un peuple turcophone originaire d’une région allant de la Volga à la Sibérie. Aujourd’hui, ils vivent surtout en Tchouvachie, une république autonome au sein de la Fédération de Russie, dans la région de la Volga.
La capitale, Tcheboksary, se situe à 600 km à l’est de Moscou sur la rive droite de la Volga et à 150 km à l’ouest de Kazan.
Avec 1,5 million d’habitants selon le recensement de 2010, les Tchouvaches occupent la cinquième place en Russie en nombre d’habitants, après les Russes, les Ukrainiens, les Tatars et les Bachkirs.

Les ancêtres des Tchouvaches sont les tribus semi-nomades des anciens Bulgares et Souvars, du Caucase du Nord — entre les Ve et VIIIe siècles. Aux VIIe et VIIIe siècles, une partie des Bulgares s’est déplacée dans les Balkans, tandis que l’autre partie est venue dans la région de la Volga constituant la base ethnique des Tchouvaches et Tatars de Kazan.

Russie Info : Pouvez-vous décrire rapidement les Tchouvaches ?

Alexandre Saveliev : L’image stéréotypée du Tchouvache, évoquée dans les vieux livres ethnographiques et littéraires, est celle d’un paysan qui travaille de façon laborieuse.
Ils vivent entre eux et se méfient du monde extérieur. Bien sûr, ces stéréotypes ne décrivent pas toute la diversité du peuple tchouvache moderne.

Russie Info : Parlez-nous de l’histoire de ce peuple.

Alexandre Saveliev : Les Tchouvaches sont un peuple d’origine turque qui, à bien des égards, se distingue des autres peuples de la famille des langues turques. Les ancêtres des Tchouvaches, les Bulgares, ont quitté l’ancienne patrie des Turcs dans les steppes d’Asie de l’est il y a deux mille ans.
Au milieu du premier millénaire, ils sont devenus les premiers Turcs à atteindre l’Europe. Les élites bulgares ont régné dans plusieurs empires de la steppe d’Europe du Sud et de l’Est. Au IXe siècle, un état indépendant bulgare a été créé dans la région de la Volga centrale, connu par les historiens sous le nom la Bulgarie de la Volga. Les Tchouvaches sont donc les descendants de cette population turque de la Bulgarie de la Volga.
Pendant de nombreux siècles, les Bulgares de la Volga et les Tchouvaches étaient en relation étroite avec leurs voisins de la région — les finno–ougriens. En particulier, les Tchouvaches ont des relations particulièrement étroites avec les Maris, les Oudmourtes et les Komis, ainsi qu’avec les Mordve.

Russie Info: Qui sont les grandes figures tchouvaches ?

Alexandre Saveliev : Les plus célèbres sont des artistes. Par exemple, le poète Gennadiy Aïgui était dans la liste des lauréats possibles pour le prix Nobel de littérature, et ses œuvres ont été traduites dans des dizaines de langues, dont le français. Il a également écrit une anthologie de la poésie française en langue tchouvache, pour laquelle l’Académie française lui a décerné le prix Desfeuilles en 1972.

Russie Info : Que devient la langue tchouvache aujourd’hui ?

Alexandre Saveliev : Selon le recensement de la population de 2002, 1,32 million de personnes parlaient la langue tchouvache en Russie, mais en 2010, ce chiffre est tombé à 1,04 million de personnes. L’UNESCO place le tchouvache dans les langues en voie de disparition. Plusieurs facteurs expliquent cette baisse. D’une part, il y a une tendance générale à l’extinction des langues minoritaires. Tous ceux qui parlent ce type de langue dans le monde entier sont confrontés à ce problème. Les pays et les régions réagissent différemment à ces défis. Il y a des modèles positifs européens, par exemple, les politiques de la Catalogne et du Pays basque qui mettent au point des mesures variées pour soutenir la langue. Parce que si l’État ne cherche pas à préserver ces langues minoritaires, il leur sera difficile de survivre.
En Tchouvachie, comme dans de nombreuses régions de Russie, il y a une tendance à blâmer les locuteurs eux-mêmes de la perte de leur langue. On accuse notamment les parents de ne pas transmettre leur langue à leurs enfants. Cependant, les gens sont guidés par des perspectives économiques qui, en effet, ne peuvent être ignorées. Si la connaissance de la langue tchouvache ne crée pas un avantage concurrentiel, ce ne sont que des amateurs individuels qui vont apprendre la langue tchouvache et non une large couche de la population. L’État et la société doivent faciliter l’utilisation de la langue tchouvache, car si elle n’est pas obligatoire dans divers domaines publics, la langue continuera à perdre du terrain très rapidement.

th_Capture_decran_2021-04-14_a_12.02.54.jpg
Eglise tchouvache
banque d'images

th_Capture_decran_2021-04-14_a_12.03.10.jpg
Tchouvachie
banque d'images

Russie Info : Les Tchouvaches sont un peuple turcophone qui a embrassé la religion orthodoxe. Parlez-nous de la mythologie tchouvache et de la religion traditionnelle.

Alexandre Saveliev : La mythologie tchouvache et la religion traditionnelle remontent à la religion du peuple prototurcique. Le Dieu suprême des Tchouvaches, c’est Tură (Турă), et dans la religion prototurque, c’est Tengri. Au fil du temps, la religion des ancêtres des Tchouvaches a absorbé des éléments d’autres cultures religieuses. La religion dite populaire des Tchouvaches, telle que nous la connaissons selon les témoignages du XVIIIe siècle au XXe siècle, contient des éléments d’origine islamique, finno-ougrienne, slave et chrétienne.
Les Tchouvaches non baptisés s’appellent eux-mêmes chăn chăvash (чăн чăваш), c’est-à-dire vrais Tchouvaches. Ils vivent principalement en dehors de la Tchouvachie — dans les républiques du Tatarstan et de Bachkirie, ainsi que dans les régions d’Oulianovsk, de Samara et d’Orenbourg.

Russie Info : Parlez-nous de la cuisine nationale tchouvache ?

Alexandre Saveliev : Les caractéristiques de leur cuisine ont été déterminées par les méthodes de gestion de l’économie domestique. Pour les Tchouvaches, l’agriculture a longtemps été une priorité, l’élevage occupant la deuxième place. En conséquence, le régime alimentaire des Tchouvaches était assez diversifié. Parmi les plats les plus célèbres, figurent le shărttan (sorte de saucisse), le huplu (gâteau à la viande) et divers types de galettes. La boisson, сăра, sorte de bière maison, est très appréciée.

th_Fille_.jpg
Parure de tête d'une jeune femme tchouvache au XIXème siècle
wikipedia

Russie Info : Que conseilleriez-vous de lire ou d’écouter à une personne qui ne connaît pas la culture tchouvache ?

Alexandre Saveliev: Pour les étrangers qui veulent avoir une première connaissance de la culture tchouvache, je leur conseille vivement le livre de l’historien allemand Andreas Kappeler  "Les Tchouvaches : un peuple dans l’ombre de l’histoire" (Die Tschuwaschen : Ein Volk im Schatten der Geschichte). Il a été publié en allemand et traduit en russe.

Russie Info : Que conseilleriez-vous de visiter en Tchouvachie ?

Alexandre Saveliev : La capitale, Tcheboksary, où se trouve notamment le musée national de Tchouvachie, ainsi que le musée des Beaux-arts qui expose les œuvres d’artistes tchouvaches.

Russie Info: Parlez-nous de votre organisation “Haval” ?

Alexandre Saveliev: L’organisation tchouvache “Haval” a été créée en 2009 à Tcheboksary par un ami, Alexander Blinov et moi-même. Nous organisons des camps d’été où l’on enseigne la langue et la culture tchouvaches. Nous créons également des contenus imprimés et multimédias en tchouvache.

0


0
Login or register to post comments