Les Russes se sentent appauvris et grossissent le trait

Dans les sondages, 70% des Russes se considèrent comme "pauvres". Mais selon le magazine économique Kommersant-Dengi, ils auraient tendance à sous-estimer leur situation économique personnelle.

russie-russe-economie-pauvrete
Photo: Kommersant

Près de 40% des consommateurs ont constaté un affaiblissement de leur situation financière personnelle au 3ème trimestre 2016, selon une enquête réalisée par l'École des hautes études en sciences économiques.

C'est à peu près le même résultat qu'au 2ème trimestre quand ils étaient 41% à se plaindre. Tandis que 8% des interrogés ont constaté une amélioration de leur situation financière. Le solde ne plaide pas pour la consommation.

Cependant les Russes s'adaptent à cette nouvelle réalité, comme l'explique Georgy Ostapkovich, directeur du Centre des recherches et des enquêtes en charge de ce sondage :

"Les pessimistes ont plutôt raison, on ne peut pas s'attendre à un retour au niveau de vie antérieur car les revenus réels disponibles de la population sont en baisse constante depuis deux ans et l'intensité de cette baisse ne faiblit pas. Mais les ménages ont développé des modèles personnels d'épargne sélective pour se prémunir des nouveaux dangers. Ils ont éliminé toutes les dépenses jugées superflues, ont renoncé à tous les achats coûteux et épargnent toutes les ressources disponibles pour constituer des réserves personnelles".

Une relative stabilité du rouble ces temps-ci leur apporte de l'assurance quant à la valeur de leur épargne. Cette stratégie d'épargne se manifeste aussi par la baisse des dépenses courantes: le panier moyen d'un consommateur russe s'est élevé à 528 roubles (7,5 euros) en septembre 2016 tous commerces confondus, selon une enquête du cabinet Romir. Cela représente une baisse de 3% par rapport au même mois 2015 et de 5% par rapport à 2014. Il s'agit d'une évolution libellée en roubles, calculée en devises cette baisse atteint 33% du fait de la dépréciation du rouble.

Cette baisse est inégalement répartie car les habitants de Moscou et de sa région avaient tendance à augmenter légèrement leurs dépenses tandis que dans toute la partie est du pays, en Sibérie, à l'Extrême-Orient, les consommateurs ont sensiblement baissé leurs dépenses.

70% des Russes se considèrent comme "pauvres"

Si la baisse des revenus est manifeste, les consommateurs n'en ont pas une perception unique. Entre 61,6% et 70% des Russes se considèrent comme "pauvres" selon plusieurs sondages en ligne effectués par le magazine Kommersant-Dengi. La part de ceux qui se considèrent comme "faisant partie de la classe moyenne" oscille entre 33,8% et 27,7% dans ces sondages réalisés auprès de plus de 16 000 lecteurs début octobre 2016.

Kommersant-Dengi s'interroge sur la pertinence de cette perception : près de deux tiers se disant "pauvres" parmi les lecteurs d'un magazine économique qui s'adresse à un lectorat actif et surtout pas démuni ? C'est comme si en France les deux tiers des lecteurs des Echos se déclaraient au RSA dans un sondage...

Les Russes auraient tendance à sous-estimer leur situation économique personnelle, selon les conclusions du magazine. L'appauvrissement croissant des classes moyennes depuis le début de la crise russe serait probablement un autre élément de réponse.

Avec notre partenaire:
0


0
Login or register to post comments