Les riches russes échangent leurs roubles contre des Rolls-Royce

0

Rolls Royce a annoncé ses ventes mondiales de 2015, et a placé la Russie au sixième rang de ses marchés en progression, avec une augmentation des ventes de 1 %. Un chiffre qui contraste avec celui des ventes automobiles, un indicateur de l'économie russe, qui a plongé de 36 % en 2015.

Quatre marques de luxe, Rolls Royce, Porsche, Lexus et Bentley, marcheraient bien en Russie, malgré la conjoncture économique.

"C'est étonnant à première vue, puisque tout ce qui est importé coûte deux fois plus cher qu'en 2014 à cause de la très forte et rapide dévaluation du rouble", explique Yann Breault, chargé de cours en sciences politiques et chercheur à l'UQAM, qui s'intéresse à l'effet des sanctions internationales sur l'économie russe.
"Mais en réalité, pour les riches Russes, acheter des biens de luxe est une façon de convertir leurs roubles en actifs qui ne se déprécient pas."

À l'hiver 2014, il fallait 32 roubles pour acheter un dollar américain. Aujourd'hui, il en faut presque 80.

De plus, crise ou pas, les riches Russes ont tellement d'argent qu'ils continuent à "rechercher les artéfacts permettant d'afficher leur statut. Ces gens-là ne roulent pas en Lada".

Pour M. Breault, les ventes en hausse de 1 % chez Rolls Royce sont une curiosité statistique, qui permettent juste de constater le peu d'impact, sur les classes dirigeantes russes, qu'ont eu les sanctions imposées à la Russie à partir de mars 2014 par les États-Unis, le Canada, l'Union européenne et le Japon.
L'intégralité sur le site de l'Auto.la presse.ca

0


0
Login or register to post comments