Le marché noir de la vodka explose en Russie

0

Conséquence de la hausse du prix des boissons pour lutter contre l'alcoolisme, les ventes d'alcool au marché noir sont en train d'exploser en Russie.

La stratégie choisie par les autorités de hausser les prix pour réduire l'alcoolisme dans le pays vient ainsi de trouver ses limites, comme le reconnaît d'ailleurs Igor Tchouïan, directeur de l'agence publique Rosalkogol, cité par Interfax : « le développement de la production d'alcool maison est l'une des démonstrations les plus frappantes que la population n'est pas prête à payer l'alcool à un prix élevé ».

Les ventes légales ont, elles, chuté de 14,4%

Selon lui, les ventes de samogon (la vodka faite maison) ont même été multipliées par trois ou quatre en 2014, alors que les ventes légales ont, elles, chuté de 14,4%. « Il s'agit de poison avec lequel des producteurs sans vergogne continuent d'intoxiquer la population », lance le vice-Premier ministre Alexandre Khloponine, admettant, lui aussi, la progression du marché noir de l'alcool. Annnonçant en outre que la production d'alcool a été, en 2014, 22,5% supérieure aux ventes légales, contre 7,3% en 2013, le dirigeant estime aujourd'hui que les sanctions doivent être durcies.

En décembre dernier, le président russe Vladimir Poutine avait d'ailleurs déjà mis en garde contre les effets pervers de l'augmentation de prix, assurant que « les hausses sur les boissons alcoolisées ne mènent qu'à des augmentations de la consommation des alcools frelatés ». Quelques jours après, les droits d'accises (un impôt indirect) sur la vodka avaient été baissés de 16%, et le prix minimum de vente de 5%, mais sans conséquence positive sur les habitudes de consommation de la population.

Igor Kossarev, responsable de la marque Russki Standard, a ainsi récemment évalué à 60% la part de la vodka frelatée dans la consommation, évoquant une hausse de 15% en 18 mois, tandis que la production de vodka légale a, elle, totalement chuté. Quelque 666 millions de litres ont en effet été produits l'an dernier, soit 22,3% de moins qu'en 2013. La tendance s'est même aggravée en fin d'année puisque la production est tombée de 47% au mois de décembre dernier.
Source Ouest France avec agences

0


0
Login or register to post comments