"L'âme russe est monarchique"

Une école tsariste dans la banlieue de Moscou veut renverser 100 ans d’histoire, et prépare une nouvelle élite à une future monarchie russe et aux traditions rompues en 1917.

russe-russie-tsar-empire-histoire-ecole-tradition-monarchie-enfant-societe
Etude de la dance à l'école Saint-Basile-le-Grand à Moscou. Photo: Andrey Kordelyanu, Shaun Walker - The Guardian

"Nous élevons une nouvelle élite ici", explique Zurab Chavchavadze, le principal de l'école Saint-Basile-le-Grand, âgé de 74 ans, assis sous un grand portrait du dernier tsar russe, Nicolas II. "Les étudiants seront moralement sains, religieux, intellectuels et patriotiques, et auront toutes les chances d'entrer au pouvoir."

Cette école, située dans une banlieue chic de Moscou, renvoie aux traditions tsaristes russes pour inculquer un sentiment de patriotisme à ses 400 étudiants.

À l'approche du centenaire de la révolution russe de 1917, qui a mis fin à la dynastie des Romanov après des siècles de règne, Zurab Chavchavadze fait partie d'une petite section influente de Russes qui cherchent l'inspiration dans le passé tsariste, et même l'espoir de restaurer un jour la monarchie.

"Regardez ce que le peuple russe a fait avec Lénine, Staline et Poutine. Dès que quelqu'un est au pouvoir pendant quelques années, il devient sacré. Le peuple russe lutte pour la monarchie. L'âme russe est monarchique", déclare Chavchavadze.

A l'école Saint-Basile-le-Grand, les portraits des tsars sont accrochés aux murs, une statue de Catherine le Grand s’élève dans un couloir, et la salle de bal étudiante comporte de larges portraits de huit tsars. Les leçons incluent l’étude des Écritures et du latin, et les manuels d'histoire de l'école ont été commandés spécialement pour éviter la vue positive d'une grande partie de la période soviétique donnée par les manuels russes standard.

Porter les traditions millénaires de la Russie

Cette école est le projet de Konstantin Malofeev un mystérieux financier russe connu sous le nom d '"oligarque orthodoxe". Malofeev, rattaché au Kremlin, aurait financé des forces rebelles en Ukraine orientale et aurait créé une chaîne de télévision chrétienne orthodoxe nationale, Tsargrad.

Dans une interview donnée au Guardian, il explique que l'école est censée fonctionner comme "un Eton orthodoxe" (en référence au collège élitiste britannique Eton fondé en 1440 par le roi Henri VI d'Angleterre, ndlr), qui préparera la nouvelle élite pour une future monarchie russe.

"La mission de notre école est de veiller à ce que nos diplômés soient des patriotes orthodoxes qui porteront les traditions millénaires de la Russie, et pas seulement celles des 20 ou 100 dernières années", a déclaré Malofeev, de son bureau central de Moscou, orné d’icônes orthodoxes et d’un grand portrait du tsar Alexandre III, un souverain du XIXe siècle connu pour son conservatisme.

"Pour moi, il est très important de restaurer les traditions qui ont été rompues en 1917."

th_malofeev-tv.jpg
Konstantin Malofeev, fondateur de la chaîne Tsargrad TV, lors d'un débat le 13 février sur la rencontre entre le pape François 1er et le patriarche orthodoxe Kirill
© Capture d'écran Tsargrad TV

Après la révolution de février, le pays a entrepris une courte expérience libérale, mais le gouvernement provisoire a été déposé par le soulèvement bolchevique de Vladimir Lénine en octobre de la même année. Nicolas II et sa famille furent exécutés en 1918. Beaucoup d'aristocrates se sont battus pour les armées blanches dans la guerre civile russe ou ont fui vers l'Europe occidentale, ou plus loin.

Pendant la période soviétique, parler des Blancs était interdit. La famille de Chavchavadze, le principale de l’école, retourna en Union soviétique en 1947 dans une vague de patriotisme après la victoire de la Seconde Guerre mondiale, mais son père fut rapidement arrêté comme espion et envoyé au Goulag pendant 25 ans, alors que la famille était exilée au Kazakhstan.

Au cours de la période post-soviétique, l'histoire des forces pro-tsaristes a suscité un regain d'intérêt. Nicolas II a été canonisé par l'église orthodoxe russe. Alors que l'administration de Vladimir Poutine a exprimé son admiration pour les réalisations de l'Union soviétique, sa fondation en 1917 est considérée comme une tragédie pour le sang et la tourmente qu'elle a causé.

L’oligarque Malofeev, âgé de 42 ans, est né près de Moscou de parents qui vivaient dans une réserve spéciale de logements pour les scientifiques soviétiques. Adolescent pendant la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev, il dévore la littérature sur les Blancs et devient rapidement monarchiste.

"Quand j'avais 14 ans, j'ai lu deux livres qui ont eu un impact énorme sur moi, a t-il rappelé. L'un était les mémoires d'un ancien officier tsariste émigré en Argentine qui a continué à publier un journal, tandis que l'autre était le Seigneur des Anneaux. L'image d'Aragorn revenant à Gondor fut ma deuxième image de la monarchie. Cela a également affecté mon monarchisme", a t-il expliqué.

Poutine adoubé par les tsaristes

A la suite de quoi, Malofeev écrivit une lettre au grand-duc Vladimir Kirillovitch, né en 1917, et considéré comme le chef de la famille impériale après que Nicolas II et sa famille eurent été exécutés par les bolcheviks et d'autres membres de la famille royale eurent décédés en exil. Après avoir lu la lettre de Malofeev, le duc demanda à Chavchavadze, qui travaillait alors comme assistant, de lui remettre sa réponse en personne.

Konstantin Malofeev a ensuite étudié le droit à l'Université d'Etat de Moscou, rédigeant sa thèse sur le mécanisme constitutionnel par lequel la Russie moderne pourrait réintroduire la monarchie, avant d'entrer dans la banque et de devenir rapidement un des hommes les plus riches de Russie. Enfin, il a créé l'école et a contacté Chavchavadze pour la diriger, lequel a déménagé dans ses nouveaux locaux en 2012.

Ces diplômés, espère Malofeev, fourniront l'épine dorsale du "futur et inévitable" ordre tsariste en Russie.

th_4032.jpg
Headteacher Zurab Chavchavadze
Shaun Walker - Guardian

Malofeev a également déclaré que les politiciens de carrière étaient vénaux et axés sur la réussite électorale, tandis que les monarques peuvent régner sans l’intervention d’affaires sales dans la politique. Il précise qu'il ne compte pas Poutine parmi les politiciens démocrates malpropres car le président russe a été choisi directement par Boris Eltsine.

"Poutine n'a jamais essayé d'être élu. Il a été trouvé et mis en place, et s'est avéré être envoyé par Dieu. Qui aurait pu deviner en 1999 que Poutine viendrait à nous et que la Russie allait recommencer à devenir la Russie ? C'était un acte de Dieu", dit Malofeev.

Il affirme que les sondages montrent que le nombre de Russes qui veulent une monarchie est passé de 15% à 25% au cours de la dernière décennie, et attribue ces résultats à la popularité personnelle de Poutine.

Poutine, futur tsar

Parmi ceux qui se sont rassemblés autour de l’idée tsariste de Malofeev figurent Leonid Reshetnikov, un ancien général du KGB qui a jusqu'à récemment dirigé un groupe de réflexion influent sur la politique étrangère. Aujourd’hui, il dirige la société Aigle à deux têtes depuis ses bureaux moscovites, ornés des portraits de Poutine et de Nicolas II.

Reshetnikov a révélé qu'il est devenu monarchiste quand, agent du KGB stationné dans les Balkans au cours des années 1980, il a noté qu'il n'y avait pas de vrais croyants dans le communisme. Il dit être également peu impressionné par la démocratie.

"Nos libéraux veulent être comme les Européens, mais Dieu nous a rendus différents", a t-il déclaré. "La démocratie libérale est comme le marxisme, elle nous a été apportée de Londres, de Paris et de New York. Nous devons revenir au point où nous avons pris le mauvais tournant, en 1917."

Selon Reshetnikov, la Russie aura probablement besoin de plusieurs décennies avant de pouvoir penser sérieusement à la restauration de la monarchie, et nécessiterait une société plus mature et religieuse avant que cela puisse être envisagé.

Konstantin Malofeev a toutefois révélé que cela pourrait arriver plus tôt que prévu et a déclaré qu'il croyait tout à fait possible que Poutine puisse être couronné tsar parce que selon lui : "personne ne voulait qu’Eltsine reste, mais tout le monde veut que Poutine continue pour toujours".

0


0
Login or register to post comments