La Russie s'enfonce dans la crise économique

0

La crise économique qui frappe la Russie continue de s'aggraver, selon les chiffres communiqués, lundi 10 août, par le service fédéral de statistique Rosstat.

Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) russe a reculé de 4,6 % par rapport à la même période de l’année 2014, soit la pire performance jamais enregistrée depuis la récession de 2009, souligne le journal Le Monde.

L'effondrement du rouble de décembre dernier a en effet provoqué une flambée des prix, affectant pouvoir d'achat et consommation, à laquelle s'est ajoutée au deuxième trimestre une forte baisse de la production industrielle. Pour l'ensemble de l'année 2015, la plupart des économistes prévoient une chute du PIB de plus de 3% après une croissance de 0,6% en 2014.

Interrogé par l'AFP, Oleg Kouzmine, économiste de la société financière Renaissance Capital, prévoit une chute de 3,6% du PIB sur l'année. "Si le pétrole reste à ses niveaux actuels, la chute pourrait être plus proche de 4%". La rechute du marché pétrolier a déjà eu pour effet de quasiment réduire à néant le rebond du rouble du printemps, qui avait permis aux autorités russes de marteler que le pire de la tempête était passé pour l'économie russe.

Sur les douze derniers mois, le rouble s’est déprécié de 43 % face au dollar, handicapant fortement le pouvoir d’achat et la consommation, rappelle le journal Le Monde qui souligne que "les prix des produits alimentaires, pour moitiés importés, ont encore plus grimpé sous l’effet de l’embargo imposé par le Kremlin et qui a été reconduit jusqu’au 5 août 2016".

"La crise actuelle n’est pas seulement une question de conjoncture, elle est structurelle, estime Igor Nikolaïev, directeur de l’institut d’analyse stratégique FBK. Elle vient de notre dépendance critique aux hydrocarbures, de l’inefficacité des institutions, du manque de réformes, de l’augmentation continue des budgets militaires… La preuve en est que, jusqu’à l’année dernière, lorsqu’il n’y avait pas de sanctions et que les prix du pétrole étaient raisonnables, la croissance était déjà atone."

0


0
Login or register to post comments