La Russie risque de manquer d'argent pour son plan anticrise

0

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a prévenu mercredi que le gouvernement n'aurait peut être pas assez d'argent pour financer l'intégralité du plan anticrise en préparation en réaction à la chute des cours du pétrole, demandant à ses ministres de retravailler une nouvelle fois le projet.

"Nous allons faire extrêmement attention à nos dépenses, tout simplement parce qu'il n'y aura peut être pas suffisamment d'argent pour tout", a averti le chef du gouvernement, lors d'une réunion consacrée à la situation économique.

"Nous devons adopter exclusivement des mesures qui ont fait leurs preuves", a-t-il ajouté.

L'Etat russe tire la moitié de ses revenus des hydrocarbures et l'effondrement des cours du pétrole risque fort de la plonger dans une deuxième année de récession de suite, tout en réduisant ses rentrées budgétaires.

Alors que le rouble tombait fin janvier au plus bas niveau de son histoire face au dollar, le gouvernement avait annoncé préparer un plan de soutien à l'économie et assuré vouloir aller vite. Depuis, la presse publie régulièrement le contenu de textes censés êtres prêts à être adoptés, mais les réunions se multiplient sans qu'une décision finale ne soit annoncée.

Mercredi matin, plusieurs journaux évoquaient une nouvelle version de ce plan d'action du gouvernement visant à la stabilité économique et sociale qui doit être présenté à M. Medvedev et au président Vladimir Poutine.

Ce texte contenait des mesures pour un total de 828 milliards de roubles (9,3 milliards d'euros), soit plus que les projets précédents: aides à l'industrie automobile, à l'immobilier et l'agriculture, crédits aux collectivités locales ou encore subventions à l'achat de médicaments... Mais 134 milliards de roubles (1,5 milliard d'euros) du plan n'étaient pas financés et certaines mesures n'y étaient même pas été chiffrées.

"La version actuelle est une version de travail, ce n'est pas la version finale", a tempéré le Premier ministre.

M. Medvedev a expliqué que le texte contenait deux parties: l'une comprenant des mesures urgentes et l'autre des réformes structurelles à moyen terme. Concernant ces dernières nous sommes loin d'avoir trouvé des financements pour toutes les mesures, a-t-il reconnu.

La crise actuelle s'accompagne d'une forte baisse du pouvoir d'achat des Russes, remettant en cause la hausse du niveau de vie qui a permis à Vladimir Poutine de se construire une forte popularité au début de ses 15 ans de pouvoir.
Source AFP

0


0
Login or register to post comments