La Russie, nouvel eldorado des jeunes Français ?

Certains jeunes diplômés Français préfèrent s'installer en Russie pour monter leur entreprise car, malgré la mise en place parfois chaotique de leur projet, ils sentent que dans le pays se passe "quelque chose d’énorme". L’exemple de deux jeunes Français.

russie-travail-economie-france-emploi
Augustin, début avril, au salon de Milan (Cosmit), rendez vous mondial du meuble. Photo : A.C

Mathieu, 27 ans, est à Moscou depuis près de quatre ans. Après avoir étudié à Saint-Pétersbourg, il a travaillé comme volontaire international à l’Ambassade de France à Moscou jusqu’en février 2012. Souhaitant rester en Russie et étant conscient des différentes opportunités à saisir dans un pays à gros potentiel, il a rencontré deux entrepreneurs français plus expérimentés qui lui ont proposé de s’associer avec eux.

Mathieu travaille aujourd’hui à la création d’une société d’import: « Nous proposons une solution d’importation pour les compagnies françaises désireuses de proposer leurs produits en Russie tout en gardant la main sur le politique commerciale. Nous prenons en charge toute la partie technique de l’import (dédouanement, certification stockage et facturation), mais laissons à l’industriel la gestion de son stock et de son portefeuille client. C’est en quelque sorte un service de dépôt-vente ». C’est ainsi qu’est née Ozerus, une toute nouvelle compagnie française basée en Russie.

Il en va de même pour Augustin, 23 ans. Ayant tout juste obtenu son double diplôme entre Sciences-Po Paris et l’Institut d’Etat des relations internationales de Moscou (MGIMO), Augustin a décidé de s’installer dans la capitale russe. Il connaît bien le pays et ayant déjà travaillé pour une compagnie américaine à Moscou, il a déjà pu se faire des contacts. Au printemps dernier, convaincu du potentiel qu’offre la vente internet en Russie, Augustin a décidé de s’investir dans la vente de meubles sur le web, épaulé et financé par Anton, ami de confiance et collègue russe. Le concept défini, le jeune homme a immédiatement lancé son site sous le nom d’Udobno, avant de créer, six mois plus tard, un second site de vente de meubles sur le web : Marc&Aurèle, un site qui propose un style de mobilier européen, classique et chic, à des prix bien plus abordables que le marché russe actuel.

Si Augustin comprend aujourd’hui que monter un business en Russie est considérablement plus dur qu’en France, il ne regrette pas son choix car selon lui, le pays offre bien plus d’opportunités que dans l’Hexagone.

Trouver de bons partenaires

La majorité des jeunes qui se lancent dans cette aventure n’ont en général pas d’argent au départ. Il leur faut donc trouver des partenaires fiables, désireux d’investir, afin qu’ils n’aient pas à emprunter. Trouver les bons partenaires russes est primordial : « Il ne faut pas oublier qu’ici, on ne joue pas à domicile. S’il est indispensable de travailler avec des Russes, il faut d’abord les connaître», précise le jeune homme.

Image of À toi la Russie !
Manufacturer: Editions Milan
Part Number:
Price: EUR 12,50

« Les cas d’étrangers qui se sont fait sortir de leur propre projet par un partenaire mal intentionné ne sont pas rares », renchérit Augustin. Et dans ce cas, il n’y a malheureusement aucun recours. « J’ai entièrement confiance en Anton, mais s’il le voulait, il pourrait effacer mon nom de tous les papiers et je n’aurais plus aucun droit sur ma société », témoigne-t-il.

Mathieu travaille en parallèle comme consultant pour une autre société et peut ainsi percevoir un revenu, mais deviendra actionnaire une fois qu’Ozerus aura atteint son rythme de croisière. Augustin connait une situation plus précaire car seuls ses frais de visas et de déplacements sont pris en charge. Les fonds investis par son partenaire russe, de l’ordre de 20.000 euros, permettent de payer un maigre salaire pour leur premier employé, embauché afin d’apporter une aide nécessaire au développement du site.

Faire fi des spécificités administratives russes

Les deux jeunes entrepreneurs s’accordent pour dire qu’il est indispensable d’apprécier la culture, l’atmosphère et les Russes pour faire du business en Russie. Ils confient également ne jamais avoir été confrontés à la corruption, ce qui n’exclut pas les multiples tracasseries administratives qui rendent la vie pénible en Russie.
« Sur les deux papiers essentiels à présenter à la banque pour l’ouverture de compte, il manquait sur l’un des deux documents, un espace entre les deux mots du nom de l’entreprise. Une erreur administrative qui a anéanti mes longs efforts de patience dans les files d’attente, et j’ai dû tout recommencer», se rappelle Augustin.

Un marché extrêmement dynamique

Mais pour compenser ces petits tracas quotidiens, le jeune homme précise que les gens se prennent beaucoup moins au sérieux en Russie qu’en France : « J’ai vécu des situations où on m’aurait directement viré en France, ici l’incident tourne bien, souvent au fou rire, avant réparation de la faute. Les Russes savent se détendre et créer une bonne atmosphère de travail au bureau. »

Les deux jeunes gens aimeraient persuader plus de Français des opportunités à saisir : «La Russie a le pourcentage de classe moyenne dans la population totale le plus élevée des BRICS. Pourtant la plus grosse difficulté est de convaincre les sociétés du potentiel du marché, que rien n’y est impossible à condition de trouver les bons partenaires. Ce pays souffre de son image et les gens vont préférer investir au Brésil, alors que Moscou n’est qu’à 4 heures de vol de Paris», confie Mathieu avant de conclure « qu’il se passe quelque chose d’énorme en Russie ! »

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook et Twitter

Découvrez Moscou autrement avec le guide "Portraits de Moscou"

0


0
Login or register to post comments