La Russie est-elle un pays sûr pour les étrangers ?

Trois attentats en trois ans, des manifestations ultra-nationalistes au coeur de la capitale, agressions et pickpockets… Entre réalité et fantasmes, quels sont réellement les risques pour les étrangers qui vivent en Russie ?

russie-moscou-expatrie-securite-terrorisme-vivreenrussie
Place rouge à Moscou © MD

Sur le site du Ministère des Affaires Etrangères français, la rubrique «Conseils aux voyageurs» en Russie indique que les niveaux de délinquance et de criminalité (dans le pays) "ne sont désormais pas plus élevés que dans les pays de l’Union européenne."
A chacun de faire preuve de bon sens et de prudence dans les lieux et dans les situations où il se trouve rappelle le Ministère.

Un message rassurant qui peut dérouter ceux qui ont une image négative, parfois choquante, de la Russie - teintée d’histoires de mafia et de violences urbaines.

«Sans nier que cela n’existe pas, leur réalité est seulement extrêmement marginale pour la population expatriée en Russie. Les agressions ou les crimes de «prédation» existent comme dans tous les pays du monde. Mais de façon générale, le nombre d’agressions est relativement peu élevé par rapport à la population du pays», explique le Colonel Didier Baledens, Attaché à la sécurité intérieure 
à l’Ambassade de France à Moscou.

Russie, l’ancienne délinquante

Les statistiques concernant la criminalité de voies publiques, même si elles sont à prendre avec précaution, comptabilisent moins de meurtres, d’agressions et de vols avec violence qu’en France, proportionnellement aux populations respectives. Pourtant, sur ces sujets, le pays a très mauvaise réputation.

«La brutalité et la dureté des années 90 sont encore ancrées dans les mémoires. Il y a beaucoup de Français qui croient que la Russie est un pays dangereux, comme d’autres croient qu’il y a encore des ours dans les banlieues de Moscou», rapporte Didier Baledens.

«Evidemment, aller dans des endroits scabreux augmente les risques de faire de mauvaises rencontres. On a déjà vu - il y a plus d’un an de cela - des gens se faire complètement dépouiller et abandonner au-delà du MKAD à Moscou (grand périphérique). Mais il s’agissait d’affaires liées à des comportements particuliers. Il y a donc peu de chance de se faire agresser, de se faire voler son sac à main ou son IPhone quand on se comporte normalement».

Le 93 pire que l’Oural !

Un avis partagé par le responsable d’une entreprise de sécurité en Russie qui, sous couvert d’anonymat, indique que la protection des personnes physiques est aussi extrêmement rare dans le pays.
«La Russie n’est pas un pays dangereux, mis à part dans les régions du Caucase et du nord-Caucase. Protéger des individus qui se sont fait agresser dans le cadre de leurs affaires est arrivé une seule fois en 5 ans
Et d’ajouter amusé que «c’est sans doute plus risqué de vivre en Seine Saint-Denis que dans l’Oural

N’empêche… la xénophobie règne

Pas si sûr, selon Edmonise, Française des Antilles, qui vit depuis 10 ans à Moscou et s’est déjà fait agresser avec sa famille plusieurs fois à cause de sa couleur de peau.
Les violences infligées par des Russes, qui voulaient «tabasser des singes» et les insultes «Fuck american negros», lui interdisent de prendre le métro.
«Les agressions sont rares mais il faut être prudent. Surtout autour du 20 avril (date d’anniversaire d’Hitler) et les jours de match de foot. Ces soirs-là, on s’appelle entre gens de couleur et on ne sort pas

Image of Guide du Routard Moscou, Saint-Pétersbourg 2011/2012
Manufacturer: Hachette Tourisme
Part Number:
Price: EUR 14,90

Effectivement, l’Ambassade de France se préoccupe davantage de ses ressortissants français venant des DOM-TOM qui peuvent, par erreur, être pris pour cibles par ces ultra-nationalistes.

«Outre les gens de couleur, je ne pense pas que les Européens puissent craindre des mouvements xénophobes à leur égard. Ce phénomène en Russie est ethniquement dirigé et ne concerne pas les étrangers européens mais davantage l’histoire de la Russie», tempère à nouveau le colonel Didier Baledens.

L’attentat: «le risque le plus improbable mais le plus dangereux»

Finalement, l’attentat serait sans doute le seul risque réel dans le pays. Un danger pour tous, car si les étrangers ne sont pas particulièrement ciblés, ils sont exposés dans leur quotidien comme les Russes.*
Pour le colonel Didier Baledens, ce risque reste la menace principale: «Pour faire face, les autorités compétentes russes travaillent d’arrache pied pour combattre le terrorisme et remportent énormément de succès. Mais il y a toujours des possibilités que quelqu’un passe à travers les mailles du filet et que cela se répète

*[Ces trois dernières années trois attentats meurtriers ont frappé la Russie: Novembre 
2009, attentat dans un train reliant Moscou à Saint-Pétersbourg, mars 2010 double attentat dans le métro de Moscou, janvier 2011 attentat à l’aéroport international de Domodedovo]

En cas de problème: composer le «02»

L’Ambassade de France conseille à tous ceux qui ont un problème en Russie de contacter le 02 (numéro du standard de la police), avant d’aller au commissariat de quartier. Les villes de Saint-Pétersbourg et de Moscou ont mis en place des équipes à l’écoute du «02» qui parlent anglais pour répondre aux touristes en difficulté.

0


0
Login or register to post comments