La Russie abandonne les poursuites contre la filiale de la Société Générale

0

La justice russe a abandonné les poursuites visant l'ancien patron de Rosbank, filiale de la Société Générale en Russie, inculpé pour corruption à grande échelle dans le cadre d'une affaire retentissante et controversée, a rapporté jeudi le journal Vedomosti.

Selon le quotidien économique, qui cite des proches de Vladimir Goloubkov et un de ses avocats, le dossier a été clos fin 2015 pour absence de fait constituant le délit.

Vladimir Goloubkov avait été interpellé en mai 2013 après une intervention musclée des forces spéciales de la police au siège de Rosbank, une des premières banques de détail en Russie. Il était accusé d'avoir obtenu un pot-de-vin de 1,5 million de dollars en échange de conditions de crédits plus favorables. Inculpé pour corruption à grande échelle, il risquait jusqu'à sept ans de prison.

Des experts interrogés par la presse russe avaient alors jugé que M. Goloubkov avait pu être piégé, certains émettant l'idée de pressions des autorités ou orchestrées par des concurrents.

Le directeur par intérim de Rosbank, Igor Antonov, avait dénoncé la manière dont l'opération avait été menée, ressemblant à "un raid, comme dans les années 1990". L'expression est connue en Russie pour désigner des pratiques courantes quand des entreprises changent de mains avec l'appui des forces de l'ordre.

La Société Générale avait décidé de mettre fin aux fonctions de M. Goloubkov, invoquant "l'éthique", et, sans commenter l'enquête, avait par la suite assuré que la Russie restait un marché clé pour le groupe.

Selon Vedomosti, Rosbank avait perdu près de 20% des dépôts des entreprises le mois où avait éclaté l'affaire.
Source AFP

0


0
Login or register to post comments