A la rencontre des populations les plus isolées de l’Arctique russe

Nicolas Mingasson, photographe et journaliste, est l’un des rares occidentaux à avoir vécu aux côtés des Dolganes. A travers une exposition au musée de l'Homme, il raconte la vie de ces peuples isolés qui vivent dans le grand nord russe.

De par leur situation, au-delà du cercle arctique, les Dolganes du Nord Taïmyr constituent l’un des peuples les moins connus et les moins étudiés scientifiquement. Nicolas Mingasson les a suivis sur une période de 20 ans et c'est cette expérience qu'il livre à travers l’exposition au Musée de l'Homme, Destins Dolganes.

Rejoindre le pays des Dolganes est en soi déjà un défi : la région fermée aux étrangers à l’époque soviétique est extrêmement isolée, tant géographiquement qu'administrativement. La péninsule de Taïmyr, où se répartissent les Dolganes (7000 personnes au dernier recensement), est située à plus de 70° de latitude nord avec 10 mois d'hiver et représente un territoire plus grand que la France, sur la route du pôle Nord. C'est avant tout un peuple d'éleveurs de rennes, de chasseurs et de pêcheurs. A l'origine nomades, vivant au rythme de la transhumance, ils ont été dans leur grande majorité sédentarisés à l’époque soviétique par le travail dans le kolkhoze.

Les derniers nomades restant transportent leur vie dans leur balok, petite maison placée sur un traîneau tiré par des rennes, qu'ils déplacent au gré des migrations. Dans le balok, vit une famille entière, de la grand-mère au nouveau-né, dans une promiscuité totale, en proximité continuelle avec leurs animaux, les rennes.

balok.png
Nicolas Mingasson
Destins Dolganes

th_enfant.jpg
Nicolas Mingasson
Destins Dolganes

A travers une série de vidéos tournées en collaboration avec un ethnologue français, l’exposition permet de découvrir des témoignages d'hier et d’aujourd’hui.

Il y a Zoïa, infirmière et fille de nomades dolganes qui évoque le renne, l'animal de son enfance, qui "représente tout : il est notre nourriture, nos vêtements et notre moyen de transport". Mais aussi, Pavel, éleveur des rennes comme son père, qui loin des images d’Épinal des contes de Noël, dans des paysages majestueux, se déplace en motoneige qu'il démarre au chalumeau. Mikhaïl qui était chef de la brigade de pêche de Novorybnoïe du temps de l'Union soviétique et qui, aujourd'hui, pêche en solitaire. Ou encore Alexeï, administrateur du village, qui évoque la disparition des chamanes au pays des Dolganes, suite à la répression soviétique.

Nicolas Mingasson a voulu montrer "le quotidien actuel des Dolganes dans ce qu’il a de plus divers, entre tradition et modernité, entre les anciens accrochés à leurs villages et leurs enfants et petits-enfants qui plus que jamais regardent vers le sud et imaginent leur avenir loin de leur terre natale."

Ce choc entre modernité et tradition, il le raconte ainsi : "Dans les rues des villages, les jeunes s'habillent (presque) comme en France, le soir appellent sur Skype leurs cousins déjà partis loin du village et, le week-end venu, rendent visite en skidoo à leurs grands-parents qui nomadisent encore".

skidoo.png
Nicolas Mingasson
Destins Dolganes

Le photographe remarque que la condition des Dolganes semblent s’améliorer à notre époque : "Il y a une quinzaine d’années, je n’aurais pas parié lourd sur la survie des Dolganes. La chute de l’Union soviétique les avait plongés dans la déshérence, oubliés du pouvoir. Depuis, les subventions pour les transports ont été rétablies, les précieuses liaisons par avion ou hélicoptère ont repris et grâce à cela s’est enclenchée une nette amélioration économique et sociale”, précise-t-il.

Nicolas Mingasson nous invite à observer cette humanité touchée par la modernité mais riche en traditions :

"Cette vision inédite oblige à un tout autre regard, loin des clichés habituels et nous invite à réviser notre propre regard sur le monde."

L’exposition "Destins Dolganes", montée par Nicolas Mingasson en collaboration avec l’agence Lookatsciences se tient au musée de l’Homme à Paris du 21 janvier au 7 mars 2016.

0


0
Login or register to post comments