La pauvreté en Russie toujours plus élevée

0

Début 2017, la pauvreté en Russie a augmenté de 2,2 millions de personnes, par rapport à la moyenne de l'année dernière. Le pays connait une augmentation constante de la pauvreté, et rien qu'au cours des cinq dernières années, la pauvreté a fait un bond de près de 30%.

Aujourd'hui, 22 millions des habitants en Russie ont un revenu inférieur au minimum vital, soit environ 15% de tous les résidents de la Fédération de Russie, indiquent les données du service fédéral des statistiques publiées pour le premier trimestre de 2017.

Lors d'une interview à la télévision NBC, le président Vladimir Poutine a confirmé la situation :
"Nous avons beaucoup de problèmes, et même le seuil de pauvreté est pire que ce que nous avions prévu", a déclaré M. Poutine. "La situation sera corrigée, j'en suis sûr", a t-il ajouté.

De l'avis des autorités, la pauvreté en Russie révèle un caractère "unique".
"La pauvreté, qui est maintenant enregistrée en Russie, est la pauvreté de la population active. Ce phénomène est unique", explique la vice-Premier ministre Olga Golodets, soulignant que 5 millions de Russes qui ont un travail restent pauvres, et sont payés avec un salaire minimum.

"Les travailleurs pauvres sont un signe d'échec social. Le salaire peut être faible, et peut fournir un niveau très moyen de consommation. Mais sur un marché normal, il est toujours une garantie contre la pauvreté, or actuellement ce n'est pas le cas en Russie."

Sont considérés comme pauvres en Russie ceux dont le revenu mensuel est inférieur au niveau de subsistance. Le niveau de subsistance même est déterminé sur la base du panier de consommation et les données de Rosstat sur les prix à la consommation des aliments, des produits et services non alimentaires.

Les Russes déterminent un peu différemment le niveau de pauvreté. Selon les enquêtes des sociologues, ils se considèrent comme pauvres quand le revenu de la famille, incluant chacun de ses membres, est inférieur à 15.500 roubles.

Selon le professeur de l'Université économique russe, Sergey Golodov, il est impossible aujourd'hui de parler de réduction de la pauvreté avec le système actuel de critères pour son évaluation. En Russie, le principal critère est la présence d'un revenu supérieur ou inférieur au niveau de subsistance. Cependant, il ne reflète pas ces composantes majeures qui sont la présence ou l'absence de logement, l'accès à l'éducation et la santé.

La Banque mondiale indique de son côté que la Russie prévoit de réduire la pauvreté au cours des trois prochaines années, à condition qu'il y ait un ralentissement de l'inflation, la reprise de la croissance des revenus privés et de la consommation privée.
Source Nezavisimaia Gazeta

0


0
Login or register to post comments