La Maslénitsa, une histoire de famille et de blinis

En Russie, la semaine de la Maslénitsa (la semaine des crêpes), célébrée la semaine précédant le Grand Carême orthodoxe, annonce la fin proche de l’hiver. Lors de ce carnaval russe, une énorme quantité de blinis est confectionnée selon un calendrier bien précis pour les familles.

russie-russe-tradition-societe-famille-blini-alimentation-orthodoxie-maslenitsa
La Maslenitsa, une histoire de famille et de blinis. Photo: Olga et Pavel Sutkines

Comme tous les rites, la Maslénitsa a une structure étroitement liée au cercle de la vie sociale. Chaque jour de la semaine reflète un moment clé, et l’ensemble des jours sert à renforcer les rapports familiaux.

Aujourd’hui, la fête a perdu de son caractère sacré et s’est transformée en un festival folklorique. En revanche, les blinis continuent d’être cuisinés comme si la semaine de la Maslénitsa durait l’année entière.

Lundi, 1er jour de la Maslénitsa

Jadis, c’était le jour où les Russes commençaient à cuisiner les blinis pour présenter leur propre recette et dévoiler leur art culinaire.

Nina Laritskaya, retraitée, se souvient :

"Ma mère cuisinait les blinis avec virtuosité, ils étaient toujours fins, en dentelle. L’origine de sa recette reste une énigme, tout comme son nom de famille : Crépion. Selon la légende familiale, un des ancêtres de ma mère était un soldat napoléonien resté en Russie après 1812. Peut-être que notre recette de blinis vient de France ? Qu’elle a voyagé à travers le pays pour venir jusqu’à nous : Kostroma, Novossibirsk, l’Altaï, puis Moscou. A chaque fois, faire des blinis est un prétexte parfait pour réunir toute la famille !"

Anna, jeune femme active, raconte :

"Au début de notre vie commune, je voulais surprendre mon ami en lui cuisinant des blinis le samedi matin. Mais je ne suis pas une bonne cuisinière, et au lieu de réveiller mon ami avec une bonne odeur de crêpe, je l’ai réveillé avec des sanglots. Effrayé, il s'est précipité dans la cuisine et m’a vue en pleurs devant deux poêles recouvertes de mottes de pâte mal cuites. Il m’a consolée et a préparé les blinis lui-même. Ils étaient délicieux ! Depuis, c’est lui qui les cuisine."

th_crepes.jpg
Crêpes
Elena Chagaeva

Mardi

Mardi était le jour où les parents convenaient du mariage de leurs enfants. La fin de la Maslénitsa est le début du Grand Carême orthodoxe, période pendant laquelle on ne se marie pas, donc si les parents s’accordaient ce mardi-là, alors le mariage était décidé pour le premier dimanche après Pâques.

Olga a une anecdote à ce sujet:

"Mes amis Tatiana et Mikhaïl doivent aux blinis leur bonheur familial. Au départ, les parents de Tatiana ne voulaient pas de Mikhaïl comme gendre. Aussi pour obtenir leur accord, le jeune homme les a invités au dîner de Maslénitsa. Et tout s’est arrangé autour des blinis.
Cela fait maintenant 15 ans qu’ils sont heureux en mariage, ils ont trois fils et une fillette, la favorite de la mère de Tatiana. Et "les blinis de la belle-mère" demeurent dans cette famille une bonne tradition."

Mercredi

Selon la coutume, c’est le jour où le gendre va manger les blinis chez sa belle-mère. Celle-ci pouvait à cette occasion examiner son caractère : un homme obstiné préférait la farce salée, tandis qu'un amateur de blini au miel serait toujours câlin avec sa femme.

Ekaterina, attachée de presse, raconte :

"Au cours de la Maslénitsa, mon mari et moi visitons toujours mes parents et vice-versa. Pour s’amuser, ma mère rivalise avec son gendre sur la qualité des blinis, car dans notre famille c’est mon mari qui les cuisine. L’année passée, il nous les a proposés au caviar rouge – c’était un peu inattendu car nous sommes habitués aux blinis sucrés à la confiture."

th_4.jpg
Blinis au caviar rouge
Olga et Pavel Sutkines

Jeudi

Le jeudi, la Maslénitsa se vit au-delà du cercle familial avec des sorties en ville : on va au manège, on fait de la luge, on se déguise et on fait des blagues. Les enfants chantent des koliadki (chants traditionnels) pour recevoir des blinis et autres confiseries en remerciements.

Natalia Khait est retraitée, et garde des souvenirs très forts de ses Maslenitsa :

"Il y a 60 ans dans notre kommunalka (appartement communautaire), nous fêtions la Maslénitsa tous ensemble, les sept familles réunies: des Russes, des juifs et des Tatars. Nous faisions une table commune avec de grandes assiettes de blinis, de la crème fraîche, de la confiture et du caviar rouge. A l’époque nous l’achetions sans problème dans un magasin. Les adultes buvaient de la vodka, et nous, les enfants, de la boisson aux fruits secs.
Je fais toujours les blinis comme ma mère les faisait : je prends les ingrédients à l'estime car l'essentiel est de penser avec amour à ceux qui vont les manger."

Marina, éditrice, se rappelle aussi :

"Ma mère faisait toujours des blinis la veille des examens importants. C’est mon père qui le demandait et qui, le matin suivant, me préparait des saucisses enveloppées aux blinis. Je me suis toujours demandé où il les trouvait car notre famille habitait en Ouzbékistan et les saucisses y étaient rares.
Maintenant c’est mon fils qui nous gâte avec ses blinis. Il a beau suivre ses propres recettes, ses blinis sont comme ceux de ma mère : fins, en dentelle, et incroyablement délicieux !"

th_6.jpg
Des blinis fins et en dentelle
Olga et Pavel Sutkines

Vendredi et samedi

L’établissement de bonnes relations au sein de la famille est l’objectif premier des deux jours suivants de la Maslénitsa : le vendredi, la belle-mère rend traditionnellement visite à son gendre, et le samedi est dédié à la belle-sœur.

Dimanche

C’est le dernier jour avant le Carême. Certains Russes considèrent encore le Carême comme le début d’une nouvelle vie dans laquelle il faut entrer le cœur léger. Ce dimanche, on se demande pardon pour toutes les fautes commises et on brûle un épouvantail pour chasser l’hiver et tous ses maux.

Nina, médecin, se souvient des blinis de son enfance :

"Nous ne célébrons pas la Maslénitsa dans notre famille, par contre, le dimanche nous allons au parc assister au bûcher de l'épouvantail. Nous jetons dans le feu des petits billets avec nos chagrins pour qu’ils disparaissent.
Quant aux blinis, je les cuisine souvent pour le petit déjeuner. J’utilise une recette que j'ai élaborée dans mon enfance. En hiver, après l’école, je cuisinais souvent des blinis avec ma copine. Nous rentrions dans notre immeuble de cinq étages, faisions vite la pâte et cuisinions les blinis au fourneau à gaz. Nos parents travaillaient du matin au soir: les miens étaient médecins, les siens, des professeurs au MSU. C’était les années 90, nos familles n’étaient pas aisées et nous ne pouvions pas acheter de chocolat. En revanche, nous avions toujours des blinis à notre disposition: chauds, sucrés, à la confiture de la datcha, c’était magnifique!

Notre immeuble de cinq étages n’existe plus, ma copine et moi habitons désormais des rues différentes, mais les blinis restent pour moi cette période d’hiver, c’est la fête et le soleil qu'on avait dans notre enfance."

th_5.jpg
Blinis au beurre
Olga et Pavel Sutkines

Olga Sutkine, historienne de la cuisine russe nous livre sa recette :

"Je n'imagine pas une famille russe sans blinis pour le petit déjeuner et pendant la Maslénitsa. La mienne ne fait pas une exception, j’ai appris les recettes de ma mère et de ma grand-mère. Cependant, en tant qu’historienne de la cuisine russe, je tombe parfois sur des découvertes culinaires. Il n’y a pas longtemps, j’ai trouvé une recette avec une farce inhabituelle, de la kacha au riz.
En Russie, on connait les blinis au fromage blanc, à la confiture, au caviar mais celle-là ... Je l’ai essayé et je peux la recommander."

Recette pour une dizaine de blinis :

1. Faire la pâte selon votre recette préférée et cuisinez les blinis.
2. Pour la farce : faire cuire un demi verre de riz rond dans l’eau, et à la moitié de la cuisson ajoutez peu à peu 1 verre de lait, 1,5 cuillère à café de sucre, une pincée de sel et mélangez ce qui devient une bouillie épaisse. Ajouter encore 2 cuillères à café de beurre et ¼ de cuillère à café de cannelle.
3. Divisez la bouillie à deux parties. Ajoutez dans l’une 1/3 de verre de raisin sec, dans l’autre 8 pruneaux coupés. Farcir les blinis en formant des cornets, puis les mettre dans un moule.
4. Préparez la sauce : fouettez 250 grammes de crème fraîche (23 % de matière grasse) avec 2 jaunes d'œuf et 1 cuillère à café de farine.
5. Couvrez les blinis avec la sauce et mettre au four environ 20 minutes – ils doivent être dorés.
6. Servez avec la confiture de cerises.
Bon appétit et bonne Maslénitsa !

th_Blincy_2.jpg
Blinis à la confiture de cerises
Olga et Pavel Sutkines

th_Blincy.jpg
Recette de blini en sauce et au four
Olga et Pavel Sutkines

0


0
Login or register to post comments