La Maison des entrepreneurs français à Moscou

Un incubateur francophone pour accueillir les entrepreneurs français qui souhaitent s’implanter en Russie : le concept est inédit. Explications de Yannick Tranchier, co-créateur du lieu.

C’est en présence de Jean-Maurice Ripert, ambassadeur de France en Russie, que le nouvel espace de la Maison des entrepreneurs français a été inauguré il y a quelques jours. La MEF s’étale maintenant sur 700 m² près de la gare Paveletskaya, à proximité du centre de la capitale.
Créée par quatre partenaires, des entrepreneurs français installés à Moscou, elle a pour mission de faciliter l’implantation des TPE et PME françaises en Russie. Cet incubateur regroupe sur 700 m² tous les services dont une entreprise française a besoin pour se développer sur le marché russe. Une quinzaine de sociétés ont déjà investi les lieux.

A qui s’adresse la Maison des entreprises françaises à Moscou ?

Yannick Tranchier : Nous accueillons surtout les entreprises innovantes, des startup, des PME numériques. Nos clients opèrent sur tous types de secteur, l’industrie, l’aéronautique, le pétrole et le gaz, ou encore le tourisme. Près de la moitié sont axés sur les hautes technologies.

Quels services proposez-vous aux entreprises françaises ?

Yannick Tranchier: Nous proposons une palette de services destinés aux entrepreneurs français qui souhaitent opérer en Russie : la création d’une entité russe, le recrutement ou bien le portage salarial, l’obtention des visas etc. Et plus encore, nos clients apprécient le fait de travailler dans cet espace parmi d’autres entrepreneurs français. Ils perçoivent l’incubateur comme un coin de France, avec l’effet de synergie au sein d’une communauté d’affaires francophone. D’ailleurs nos clients sont presque tous des filiales des sociétés françaises ou bien des sociétés locales créés par des Français. Un seul client n’entre pas dans ces catégories, mais c’est un francophone.

Comment est configuré l’incubateur ?

Yannick Tranchier : Un tiers de l’espace est découpé en bureaux privés, pour ceux qui ont besoin de plus d’intimité. Près de 250 m² sont dédiés à l’espace de travail partagé en mode open space. Et un tiers environ abrite les espaces communs, les salles de réunion, la salle de conférence, la cafétéria, la salle de détente et même un grand vestiaire. Au début, quand je travaillais sur la configuration, tout le monde me demandait si j’avais prévu un vestiaire. J’ai fini par comprendre l’importance de ce lieu. Quand on le regarde avec nos yeux d’Occidentaux, on pense que chacun peut facilement caser ses vêtements près de son bureau. Cela s’avère moins simple en hiver à Moscou quand il faut caser tous les manteaux de fourrure, quand tout le monde porte des bottes et qu'il faut changer de chaussures. On ne doit pas négliger l’importance des vestiaires !

D’où est venue l’idée de créer la MEF ?

Yannick Tranchier : Je cherchais moi-même une solution d’hébergement adaptée aux TPE pour s’implanter sur place. Je n’ai rien trouvé et j’ai décidé de créer ma propre structure conçue comme un incubateur. C’est une sorte de cocon où l’entrepreneur français a tout ce qu’il lui faut sous la main, les services comptables, le recrutement etc, où l’on travaille et on échange.

Comment faites-vous pour promouvoir votre activité ?

Yannick Tranchier: Pour recruter les résidents nous utilisons surtout le bouche-à-oreille, grâce à mon réseau en France et à Moscou. Et ça marche, nous avons créé le premier espace de 200 m² en octobre 2013 et il a été rempli en un an. Cela nous a poussés à déménager dans ce nouvel espace qui fait 700 m². Il accueille aujourd’hui une vingtaine d’entreprises soit 50 personnes. Notre capacité d’accueil est de 90 personnes maximum et je pense qu’elle sera atteinte d’ici le mois d’avril.

La MEF est maintenant opérationnelle, quels sont vos nouveaux projets aujourd’hui ?

Yannick Tranchier: Nous sommes en train de préparer le prix « A la conquête de l’Est » destiné à primer le meilleur projet développé par une startup française pour le marché russe. Dotée d’un million d’euros, cette opération est réalisée en partenariat et avec le financement d’un investisseur russe. Il s’agit de Serguei Beloussov, fondateur de la société informatique Parallels. Le gagnant bénéficiera aussi d’un an d'accompagnement opérationnel à la Maison des entrepreneurs français à Moscou. Par ailleurs une rencontre « Ecosystème numérique » accueillera une délégation française composée de startups et d’investisseurs, à Moscou et à St Petersbourg fin mars. Et nous sommes en train de créer une marque commune baptisée Mayak, pour l’ensemble des prestataires qui interviennent pour faciliter les démarches des entreprises françaises à Moscou.

Vous-même, comment êtes-vous arrivé sur le marché russe ?

Yannick Tranchier : J’ai travaillé chez Cap Gemini et chez Altran pendant plusieurs années avec des partenaires russes, avant de décider de me lancer dans la création d’une structure sur place. On trouve en Russie beaucoup d’intelligence et à des coûts bas.

Quels sont pour vous les avantages et les inconvénients les plus marquants du travail en Russie ?

Yannick Tranchier : Les avantages sont nombreux, ici il y a beaucoup de compétences disponibles et une facilité de travailler ensemble car de plus en plus de professionnels maitrisent l’anglais. Le cadre fiscal est avantageux. Et les Russes ont une culture de consommation, là où les Français ont une culture d’épargne. Enfin, j’ai toujours apprécié les rapports d’amitié qui s’installent rapidement entre le client et son prestataire en Russie.
Parmi les inconvénients, la barrière de la langue est toujours forte, même si de plus en plus de Russes parlent anglais. Il y a les lourdeurs administratives, la paperasse, et beaucoup de choses illogiques, du point de vue d’un entrepreneur français. Mais ces difficultés font aussi notre bonheur car c’est là que nous intervenons, pour faciliter la vie des entreprises françaises en Russie.

Qui sont les créateurs de la Maison des entreprises françaises à Moscou ?

Yannick Tranchier : Ce sont quatre entreprises russes crées par des entrepreneurs français : Atsal, un cabinet de ressources humaines, Ob’vious, un cabinet de conseil en innovation, Promvost spécialiste de portage salarial et aide à la création de société et Solution2Markets, une société spécialisée dans le développement commercial international.

Retrouvez RUSSIE INFO sur Facebook et Twitter

Avec notre partenaire:
5


5
Portrait de Baptiste Chupin
5

Bonjour , je me présente Baptiste ,j'ai 27 ans et suis actuellement en fin de formation pour l'utilisation de matériel et procédé électronique concernant la gestion et reprogrammation moteur ( auto, moto , camion ... ).
Je suis désireux d'avoir des renseignements ( une adresse mail personnelle d'un membre de la maison des entrepreneurs français à Moscou serai parfaite ) afin de pouvoir un jour finaliser mon projet qui consiste à m'expatrier à Moscou et vivre de mon activité ( le but étant bien sure de suivre une formation approfondit , je suis un immense passionné automobile et qui sait embauché de jeunes Russes passionnés comme moi et développé ce processus en chine .)

bat



Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires