La Bibliothèque russe, 100 trésors livresques

Au salon du livre de Paris, la Russie est cette année le pays invité d’honneur. C’est le moment qu’ont choisi Anne Coldefy-Faucard et son équipe pour annoncer le lancement de la Bibliothèque russe qui permettra d’exhumer des trésors depuis longtemps introuvables.

Difficile aujourd’hui pour les lecteurs français de se procurer les traductions d’auteurs russes, dès lors que l’on s’éloigne des stars que sont Dostoïevski, Tolstoï, Pouchkine et quelques autres : traductions d’une autre époque, textes amputés, livres épuisés ou même jamais traduits en français…

Partant de ce constat alarmant, Anne Coldefy-Faucard, traductrice chevronnée, a présenté en 2017 un projet de traductions en série à l’Agence fédérale pour la presse et les communications de masse de Russie, dans le cadre de l’opération internationale Bibliothèque russe.

"Moscou a en effet bien compris le problème et met à la disposition des bonnes volontés du monde entier les fonds nécessaires à l’achat des droits, la traduction, la fabrication et l’impression de livres d’auteurs russes. Les États-Unis et la Chine se sont déjà lancés dans l’aventure, l’Espagne et l’Allemagne vont bientôt suivre", nous informe Anne Coldefy-Faucard.

Seules contraintes : afficher le même logo sur tous les livres, logo conçu par Mikhaïl Chemiakin, artiste russe vivant en France, et accompagner chaque texte d’un appareil critique sous forme de préface et/ou de notes de spécialistes. L’Etat russe, à travers l’Institut de traduction qui chapeaute l’opération, souhaite en effet une grande qualité éditoriale. De leur côté, les éditeurs français doivent réserver 30% des bénéfices issus du premier titre à l’édition du suivant.

Un comité de lecture franco-russe

L’idée est de publier 100 textes en dix ans, et pour ce faire, Anne Coldefy-Faucard s’entoure d’une équipe de choc d’une dizaine de personnes, traducteurs, juristes, libraires, dont une majorité de Français : Georges Nivat, traducteur et spécialiste du monde russe, François Deweer, gérant de la librairie du Globe à Paris, et Irina Barmetova, rédactrice-en-chef du mensuel littéraire moscovite Oktyabr, font partie de l’aventure.

"Le plus difficile est de choisir 100 textes de la littérature russe, incontournables, majeurs, en évitant bien sûr ceux qui figurent actuellement aux catalogues des éditeurs français, mais sans se limiter : prose, fiction, poésie, théâtre… Tout est possible, tant que le texte en vaut la peine", explique Anne Coldefy-Faucard.

L’Agence fédérale pour la presse et l’Institut de traduction de Moscou n’ont pas d’exigence particulière et ne donnent aucune recommandation quant aux choix des auteurs et des textes.

Ainsi, au printemps 2017, le dossier de la traductrice a été accepté, et l’Institut d’études slaves de Paris et l’Institut de traduction de Moscou ont officialisé l’accord.

Samedi 17 mars 2018, à 13 heures, au salon du Livre de Paris*, Anne Coldéfy-Faucard et Georges Nivat annonceront le lancement de l’opération et la publication des quatre premiers titres.

Déjà les premiers volumes

Les quatre textes finalement choisis ont chacun leur histoire éditoriale propre. Pétersbourg d’André Biély (1880-1934) n’était plus disponible depuis bien longtemps. C’est la dernière traduction, par Georges Nivat et Jacques Catteau (parue en 1967 aux éd. L’Âge d’homme), qui a été reprise et légèrement mise à jour par les éditions de Syrtes.

th_biely-syrtes.jpg
André Bély, Pétersbourg, éditions des Syrtes, 576 p., 15 euros (en librairie le 22 mars 2018)
©Éditions des Syrtes

Dans le cas du Chemin des Tourments, d’Alexeï Tolstoï (1882-1945), deux traductions déjà anciennes ont été confrontées pour établir le texte le plus fiable possible chez les éditions Louison.

Pour Des petits riens sans importance de Iouri Annenkov (1889-1973), Anne Coldefy-Faucard a mis à jour sa propre traduction parue voici une trentaine d’années aux éditions Lieu Commun, notamment les notes, qui, rédigées au temps de l’URSS, avaient mal vieilli. Et sera édité aux éditions Verdier.

th_tolstoi-louison.jpg
Alexeï Tolstoï, Le Chemin des tourments, éditions Louison, traduction d’Alice Orane, et préface de Georges Nivat, 832 p., 26 euros (en librairie le 5 avril 2018)
©Éditions Louison

annenkov-verdier.jpg
Iouri Annenkov, De petits riens sans importance, éditions Verdier, collection Poustiaki, 320 p., 23 euros (en librairie le 8 mars 2018)
©Éditions Verdier

Enfin le volume d’Ivan Tourgueniev (1818-1883) Le roi Lear des steppes réunit trois textes dans une nouvelle traduction aux éditions Stock. A été ajoutée le texte d’une conférence prononcée par l’auteur qui n’avait jamais été traduite. L’ensemble s’accompagne d’un appareil critique conséquent, avec introduction, notes et commentaires. La présence de cet auteur francophile, dont on célèbre cette année le bicentenaire de la naissance, semblait indispensable aux membres du comité.

th_tourgueniev-stock.jpg
Ivan Tourgueniev, Le roi Lear des steppes, éditions Stock, collection La Cosmopolite, traduit par Nastasia Dahuron et Anne Godart-Marchal, avec préface, notes et commentaires d’Olga Gortchanina, 400 p., 20,50 euros (en librairie le 28 février 2018)
©Éditions Stock

Nombreux sont les auteurs envisagés pour les prochaines publications, de Viktor Nekrassov (1911-1987) avec Dans les tranchées de Stalingrad, introuvable en France depuis des décennies, à Nikolaï Karamzine (1766-1826), auteur dramatique de premier plan méconnu en France.

Une coopération fructueuse

Pour Anne Coldefy-Faucard, cette opération aidera à combler les lacunes criantes des rayons des librairies françaises en matière de littérature russe.

Et du même coup, donnera un sérieux coup de pouce à la jeune traduction littéraire et aux petits éditeurs s’appliquant depuis longtemps à promouvoir les auteurs russes, avec des budgets toujours très tendus.

Elle permettra aussi au gouvernement russe de faire connaître et rayonner la littérature nationale, tout en polissant son image de grande nation auprès des milieux culturels français.

Le salon du Livre de Paris se tient du 16 au 19 mars 2018 à la Porte de Versailles.

0


0
Login or register to post comments