L’URSS dans l’Olympisme - 1ère partie

La chronique d’Eric Monnin, sur l’histoire de la Russie dans l’olympisme, traite des premières olympiades rouges. Période: 1920-1937

russie-jo-sotchi-histoire-sport-urss
Affiche: Parade athlétique 1938

Eric_MOnnin.jpg
Eric
Monnin

Eric Monnin est champion de France scolaire de judo et ancien membre de l'équipe de France.
Il a reçu la médaille Pierre de Coubertin des mains du Président du CIO, Jacques ROGGE, le 6 août 2013 à Lausanne.


Maître de conférences à l'Université de Franche-Comté, docteur en sociologie et agrégé d'éducation physique et sportive, Eric Monnin est également l’auteur du livre De Chamonix à Sotchi publié en 2013 aux éditions Désiris.

Le sport en Union soviétique s’appuie sur la culture physique

« […] Placée sous l’autorité du ministère de la Santé, cette culture physique est censée rendre la santé à une population rongée par les "tares" accumulées au temps des tsars. Le sport doit avant tout permettre l’épanouissement de "l’homme nouveau soviétique" enthousiaste, discipliné et productif… Le sport socialiste ne doit véhiculer aucune valeur individuelle ; il doit servir au renforcement de l’esprit collectif (1)».

À l’inverse du système occidental avec ses Unions, ses cercles ou ses fédérations sportives, les bolchéviques héritent d’un système sans institution spécifique. "Le sport comme spectacle de masse, sous les tsars, était à peine naissant". Pour Alexandre Nacu, "la première "éducation physique" de quelque envergure en Russie fut celle de l'Armée Rouge".

Pour développer la politique sportive de masse est créé le Conseil suprême de la culture physique (CSCP) qui devient l’organe officiel de référence. Dès 1920, des Jeux centrasiatiques se tiennent à Tachkent en Ouzbékistan. L’année suivante, en réaction aux pratiques sportives bourgeoises, l’URSS crée en juillet 1921 l’Internationale rouge sportive (IRS) avec la mise en place des Spartakiades, véritable "organisation auxiliaire de l’internationale communiste".

Comme l'indique André Gounot, professeur en histoire du sport "Les Spartakiades avaient vocation d’exprimer, de transmettre et de renforcer une identité communiste à travers un programme sportif et festif fortement empreint de propagande politique".

Quant au Mouvement olympique, ses dirigeants "critiquent cette manifestation, ainsi que les olympiades ouvrières de l’internationale socialiste sportive des ouvriers, comme un abus de l’idée et des symboles olympiques".

Les olympiades rouges

La première Spartakiade internationale, appelées également "première olympiade rouge" se déroule à Moscou du 12 au 24 août 1928. Cette manifestation a vocation à rayonner au-delà de l’URSS en s’appuyant sur l’ensemble des Républiques soviétiques. Plusieurs milliers d’hommes et de femmes de treize nations avec l’URSS y participent. L’IRS, qui se chargea de promouvoir cet événement à l’étranger, lui donna le nom additionnel de "Spartakiade internationale".

Pour l'historien André Gounot, l’objectif est clairement défini comme étant celui de "faire apparaître les progrès et le caractère révolutionnaire de la culture physique en URSS et de constituer, grâce à une forte présence d’athlètes étrangers, une puissante manifestation d’opposition du sport rouge au sport bourgeois".

En 1933, l’Internationale rouge sportive propose l’organisation d’une "Spartakiade mondiale" à Moscou. Mais devant les difficultés rencontrées par les sections internationales de l’IRS, face notamment à la montée du nazisme en Allemagne, le CSCP annonce en janvier 1934 la suppression de ce projet d’envergure .

Malgré la volonté affichée d’affirmer, par l’intermédiaire des Spartakiades, la toute puissance de la culture physique en URSS, cette organisation de masse s’interrompt définitivement en 1934. Quant à l’IRS, elle est dissoute en avril 1937 sur décision du Présidium de l’Internationale communiste tandis qu’une délégation bolchévique se rend à l’Olympiade ouvrière d’Anvers quelques mois plus tard.

De la Spartakiade de 1928, André Gounot retient deux faits importants : "l’apport communiste le plus original à l’histoire des manifestations sportives internationales, et l’événement sportif international des années Vingt qui a été le plus marqué par la volonté de promouvoir une image idéale du pays d’accueil".

Juste avant la Seconde Guerre mondiale, l’URSS sort progressivement de son isolement pour tenter de faire barrage au nazisme et à Hitler en créant des fronts populaires sportifs à travers l’Europe. En 1933, les États-Unis reconnaitront l’Union soviétique, en 1934, elle sera admise au sein de la Société des Nations, en 1937, elle participera aux Olympiades ouvrières qui regroupent 10.000 participants venus de 15 pays.

(1) Pierre Lagrue, « JEUX OLYMPIQUES - L'U.R.S.S. et les Jeux », Encyclopædia Universalis

A déjà été publié: le mouvement olympique et la Russie tsariste (1892-1917)

A suivre : L’URSS dans l’olympisme - 2nde partie (1946 – 1991)

Retrouvez RUSSIE INFO sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments