"Journal du Donbass", un livre qui raconte le quotidien sous les bombes

0

"Tout compte fait, ce n'était pas une mauvaise semaine. Je ne suis pas morte", écrit Iana Kovitch le 16 janvier dans son "Journal du Donbass", récit d'une habitante de l'Est séparatiste de l'Ukraine qui raconte son quotidien pendant la guerre.

Ce roman compte parmi les premiers recueils de témoignages publiés au terme de seize mois de conflit dans le Donbass, cette région industrielle où soldats ukrainiens et rebelles séparatistes prorusses s'affrontent.

L'identité de l'écrivaine à l'origine du journal reste mystère, car elle utilise le pseudonyme "Iana Kovitch", qui sonne à l'oreille comme le nom de l'ancien président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch. Sa ville d'origine commence par un I. et pourrait être Ienakiyeve, ville frontalière du fief des rebelles, Donetsk.
(...)

Le journal décrit la vie de l'auteure et de civils du 1er août 2014, au plus fort des combats, au 3 mars 2015, juste après la signature des accords de Minsk qui ont permis l'instauration d'un cessez-le feu violé presque quotidiennement pendant des mois.

Publié par la maison d'édition pétersbourgeoise Limbus, le "Journal du Donbass" est applaudi en Russie.

"Un livre sans trucage, qui ne laisse planer aucun doute sur sa véracité", résume le quotidien russe Argumenty Nedeli, saluant "un document d'une importance particulière".

Le livre ne cache pas son parti pris pro-russe. Les "Ukrs", comme l'auteure appelle péjorativement les Ukrainiens, veulent "se débarrasser des habitants", accuse-t-elle. "Nous ne partirons pas et leur adressons un gros +Allez vous faire voir+ du fond de nos caves !"

La suite sur le site de France24.fr

0


0
Login or register to post comments