John Kerry à Sotchi pour rencontrer Vladimir Poutine

0

Le secrétaire d'État américain, John Kerry, va rencontrer Vladimir Poutine mardi à Sotchi après s'être entretenu avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

Ils discuteront de la mise en place des prochaines étapes du cessez-le-feu en vigueur dans l'est de l'Ukraine depuis février, alors que le pays traverse un moment critique, selon un responsable du département d'État américain. Les violences en Libye et en Syrie, la menace posée par le groupe Etat islamique et les négociations sur le nucléaire iranien seront également évoquées, a-t-il dit.

Les relations entre la Russie et les Etats-Unis connaissent une crise sans précédent depuis la fin de la Guerre froide en raison de l'annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée en mars 2014 et du conflit entre séparatistes prorusses et forces prooccidentales de Kiev dans l'Est. Après plus d'un an de tensions, les signes timides d'une possible détente entre la Russie et les Etats-Unis commencent toutefois à apparaître. Nous pourrions beaucoup coopérer ensemble si nous trouvions un intérêt commun, a affirmé le responsable du département d'Etat aux journalistes présents dans l'avion qui emmenait John Kerry vers Sotchi.
Mardi, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a jugé extrêmement positive la venue de John Kerry, confirmant aux agences de presse russes que les discussions porteraient tant sur les relations bilatérales entre les Etats-Unis et la Russie que sur les problèmes internationaux les plus urgents.

Les sanctions économiques adoptées par les Occidentaux à la suite du conflit en Ukraine pourraient notamment être abordée. Nous avons été très, très clairs. Si les accords de Minsk sont pleinement appliqués, notamment la restauration de la souveraineté ukrainienne à sa frontière (avec la Russie, NDLR), il y aura là une occasion de réviser les sanctions économiques, a affirmé le responsable du département d'Etat américain.

Mais nous avons aussi indiqué clairement que s'il y a de nouvelles violations, la pression sera plus forte, a-t-il immédiatement précisé.

Cette rencontre intervient après la visite à Moscou de la chancelière allemande Angela Merkel, qui a critiqué dimanche l'absence de progrès dans la crise ukrainienne, déplorant qu'il n'y ait toujours pas de cessez-le-feu.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a de son côté estimé lundi que les séparatistes et la Russie avaient accru leurs capacités militaires permettant de lancer de nouvelles attaques à très court terme.
L'intégralité sur le site de Romandie.com

0


0
Login or register to post comments