JO 2014 de Sotchi, c'est parti !

Retour sur l’attribution de Sotchi comme ville hôte pour les Jeux olympiques d’Hiver 2014 et la mise en place du programme fédéral Sotchi 2014.

russie-jo-sotchi-sport-olympisme-urss-histoire
Sochi 2014 - Sites olympiques. ALPEO Guide Sochi 2014 Sites olympiques.

Eric_MOnnin.jpg
Eric
Monnin

Eric Monnin est champion de France scolaire de judo et ancien membre de l'équipe de France.

Il a reçu la médaille Pierre de Coubertin des mains du Président du CIO, Jacques ROGGE, le 6 août 2013 à Lausanne.


Maître de conférences à l'Université de Franche-Comté, docteur en sociologie et agrégé d'éducation physique et sportive, Eric Monnin est également l’auteur du livre De Chamonix à Sotchi publié en 2013 aux éditions Désiris.

Gateway to the future

Tout commence l’été 2005 lorsque le CIO lance la Phase I des « villes requérantes » et la procédure d’acceptation des candidatures des villes.
Sept villes : Salzbourg (Autriche), Sotchi (Fédération de Russie), Almaty (Kazakhstan), Jaca (Espagne), PyeongChang (République de Corée), Sofia (Bulgarie), Borjomi (Géorgie), avec le soutien de leurs Comités nationaux olympiques (CNO) signent la procédure du CIO et paient 150.000 dollars de droit d’acceptation des candidatures pour devenir, pour chacune d’elle, "ville requérante".

Le 28 avril 2006 à Lausanne, un groupe de travail composé d’experts externes et de membres de l’administration du CIO rend son rapport et le 22 juin 2006, la commission exécutive du CIO sélectionne Sotchi (Fédération de Russie), Salzbourg (Autriche) et PyeongChang (République de Corée) pour la Phase II. Ces trois villes deviennent officiellement "villes candidates" et adresse au CIO le paiement de 500.000 dollars pour le versement du droit de candidature.

Le 4 juillet 2007, jour du vote, chaque délégation dispose de 45 minutes pour présenter une nouvelle fois son projet et répondre aux questions. À l’issue de ce grand oral, la commission d’évaluation, présidée par Igaya, expose les conclusions de son rapport : à bulletin secret, la ville de Sotchi, et son slogan "Gateway to the future" soutenu à 79% à Sotchi et à 80% dans toute la Russie, est élue au deuxième tour de scrutin par 51 voix contre 47 pour la ville de Pyeong Chang .

Par le passé, la ville russe de Sotchi, avait déjà candidaté à l’organisation des Jeux d’hiver de 2002. Son dossier avait été écarté par le collège de sélection avant le choix final de la ville hôte des Jeux. Seule la ville de Moscou, pour la Fédération de Russie, a déjà accueilli les Jeux de l’Olympiade en 1980.

Sotchi à la Une

L’objectif de la Fédération de Russie est clairement inscrit dans son dossier de candidature : « La région de Sotchi sera ainsi transformée en une destination moderne, de niveau international, ouverte toute l'année. Elle accueillera le sport, le tourisme et le commerce. La Russie développera sa première infrastructure de pointe pour l'entraînement au ski alpin et pour les compétitions de l'élite ; elle disposera d'un centre complet et ultramoderne pour les sports d'hiver dont profiteront les athlètes de tout le Moyen-Orient et de l'Asie centrale » .

Afin de faciliter ce programme fédéral, dès 2002 le gouvernement russe collabore avec le Comité olympique russe pour identifier les besoins structurels sportifs. La même année, la ville de Sotchi, pour valoriser son patrimoine touristique, lance « le concept d’investissement et d’aménagement urbain du grand Sotchi ».

Le 26 juillet 2005, le conseil municipal de la ville confirme sa volonté de soutenir le projet de candidature. Quant à l’engagement du gouvernement fédéral, il est officialisé le 26 novembre 2005 par la publication d’un décret fédéral. Le 29 novembre 2005, le comité de candidature de Sotchi 2004 est enregistré.

La candidature de Sotchi 2014 a contribué à faire coïncider les intérêts de la ville, de la région et de la nation et à donner naissance au ’’programme fédéral 2006-2014 pour le développement de Sotchi en tant que station climatique de montagne’’ .

Dans le prolongement des Jeux d’hiver, la ville de Sotchi accueillera en juin 2014 le G8, en octobre 2014 le premier Grand prix de Formule 1 dans l’enceinte du parc olympique, et figurera parmi la liste des villes hôtes russes pour la Coupe de la confédération de la FIFA en 2017 et la Coupe du monde de football en 2018.

Un programme sportif ambitieux

En parallèle du Comité d’organisation Sotchi 2014, le CIO a nommé une Commission de coordination présidée par le français Jean-Claude Killy, triple champion Olympique aux Xe Jeux Olympiques d’hiver de Grenoble en 1968, pour aider et conseiller les représentants de Sotchi 2014 dans leurs décisions. Cette commission se compose de quatorze personnes et se rend régulièrement dans la ville hôte pour constater l’évolution des infrastructures et des préparatifs olympiques ainsi que le respect de la Charte olympique et du contrat ville hôte.

Le comité d’organisation des Jeux de 2014 propose 98 épreuves (49 épreuves masculines, 43 féminines et 6 mixtes) dans 15 disciplines et 7 sports (biathlon, bobsleigh, curling, hockey sur glace, luge et patinage et ski), soit douze de plus qu’aux Jeux de Vancouver en 2010. Ces décisions ont été prises, en 2011, par la commission exécutive (CE) du CIO à Londres en avril et en juillet à Durban en Afrique du Sud.

Le programme sportif annoncé s'avère être l’un des plus ambitieux que les Jeux olympiques d’hiver n’aient jamais connu. Les Jeux vont se dérouler sur deux sites : la zone côtière pour les épreuves des sports de glace, les cérémonies d’ouverture, de clôture et de remise des médailles à 25 km du centre ville de Sotchi près d’Adler et la zone de montagnes, située à 49 km et à 50 minutes de Sotchi, de Krasnaya Polyana.

Les onze étapes de la cérémonie d’ouverture

Le vendredi 7 février, comme le précise la Règle 55 de la Charte olympique et le guide du protocole du CIO, la cérémonie d’ouverture sera ponctuée par onze étapes successives. Il y aura tout d’abord l’entrée du chef d’État du pays hôte.
« Le chef de l’État est reçu à l’entrée du stade par le président du CIO et par le président du comité d’organisation. Les deux présidents conduisent ensuite le chef de l’État à sa loge dans la tribune d’honneur ». L’hymne national du pays hôte est joué puis le drapeau national hissé dans le stade.
Le défilé des délégations peut commencer. Comme le veut la tradition, la Grèce, berceau de l’olympisme, défilera en premier. Le pays organisateur, quant à lui défile le dernier. Pour exprimer la paix entre les nations, un lâcher symbolique de colombes s’effectue.

À la suite de son discours, le président du comité d’organisation invitera le président du CIO en proclamant : « J’ai l’honneur de prier monsieur le président du CIO, de prendre la parole ». Puis à son tour le président du CIO pourra déclarer: « J’ai l’honneur d’inviter monsieur le chef d’État à proclamer l’ouverture des XXIIes Jeux olympiques d’hiver».

À cet instant, le Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine déclarera : «Je proclame ouverts les XXIIes Jeux olympiques d’hiver de Sotchi».

Ont déjà été publiés:

Le mouvement olympique et la Russie tsariste (1892-1917)

L’URSS dans l’olympisme - 1ère partie (1920-1937)

L’URSS dans l’olympisme - 2nde partie (1946 – 1991)

La Russie sur les podiums des Jeux d’Hiver

Le livre De Chamonix à Sotchi d'Eric Monnin également édité en Russie.

image001.jpg
De Chamonix à Sotchi
E. Monnin

Retrouvez RUSSIE INFO sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments