Immobilier: Moscou toujours plus chère

Le prix du logement à Moscou n’arrête pas de grimper et place la capitale russe en seconde position des villes au monde pour la hausse des prix immobiliers.

russie-moscou-immobilier-logement-expatrie
© Jérome Brégère

Selon le rapport trimestriel World Cities Review publié par la société Savills, le prix du logement à Moscou augmente à un rythme de 5,5% par an.
La première place du classement revient à Hong Kong où cet indice atteint 7,4%. Le top 3 est clôturé par Sydney avec 3,7% d'augmentation annuelle.

Cette hausse des prix du logement s’explique par l’attraction continue de la capitale russe pour les investisseurs, son marché immobilier offrant toujours de nombreuses opportunités. « Il y a encore dans le centre de la ville, à côté des buildings en construction, des bâtiments désaffectés qui occupent des surfaces de terrain très importantes avec de gros potentiels », constate Sébastien Iwanski de l’agence Intermarksavills Russie.

Outre l'appétit des investisseurs, les prix sont également fonction de l’offre et de la demande, cette dernière étant en constante augmentation.

« A Moscou, la demande est très importante et fait le jeu des propriétaires. Il n’est pas rare de trouver un nouvel appartement sur le marché en début d’après-midi, de prendre rendez-vous pour une visite en fin de journée et de constater qu’il y a déjà eu 2 visites et que la propriétaire a déjà reçu plusieurs offres. L’appartement qui était proposé à 60.000 roubles est alors au plus offrant», explique Sébastien Iwanski.

Le prix du logement ne subit donc aucun encadrement et «les propriétaires restent libres de pratiquer les tarifs et les augmentations qu’ils veulent ». Aujourd’hui, un studio est loué environ 50 000 roubles (1.250 €) le mois. Il faut compter 60 000 roubles pour un deux pièces de 40 m2 dans le centre, et 100.000 roubles (2.500 €) pour un trois pièces, voire plus si l’appartement a du charme ou s’il est moderne.

La colocation comme système D

La hausse du prix du logement ne touche finalement que très peu de familles moscovites -pour la plupart propriétaires -, mais frappe durement les jeunes qui débutent dans la vie active et cherchent à se loger.

Ces derniers s’installent en général loin du centre, aux derniers arrêts de métro, dans des zones périphériques où les loyers pour des petites surfaces tournent autour de 20 000 roubles (500 €). S’ils souhaitent se rapprocher du centre, les petits salaires n’ont pas d’autre choix que la colocation, une pratique très courante à Moscou dont ils se satisfont dans un premier temps.

Image of Moscou
Manufacturer: Gallimard Loisirs
Part Number:
Price: EUR 8,90

« Soit ils passent au moins une heure dans les transports en commun pour se rendre à leur travail, soit ils sont en colocation. Trois personnes peuvent partager un grand appartement de 3 pièces avec le salon transformé en chambre. Chaque locataire payera environ 15 000 roubles (380 €) par mois, et bénéficiera ainsi d’une plus grande surface», explique le représentant de l’agence, qui ajoute qu’en plein centre, un grand deux pièces de 60 mètres carrés pourra ainsi être accessible pour deux colocataires, pour 30 ou 40.000 roubles chacun.

L’expatrié s’en tire à moindre mal

Moins à plaindre, la population expatriée installée dans la capitale russe. Soutenue par leurs entreprises qui octroient des budgets parfois pharaoniques pour loger leurs employés dans des conditions optimums. «Dans certaines entreprises étrangères, le budget pour une famille avec deux enfants est de l’ordre de 10 000 dollars (8.000 euros) », explique Sébastien Iwanski.

Le budget est considérable mais tend à stagner alors que le marché augmente, indique l’agence Intermarksavills. Aussi, suite à une augmentation du loyer et un refus de la société de gonfler le budget alloué, « il n’est pas rare de voir une famille se remettre en recherche d’appartement et ne pas trouver de produit similaire à ce qu’elle avait il y a deux ou trois ans. Elle devra alors faire des concessions pour s’installer dans une surface plus petite ou située dans un autre quartier. »

A l’inverse de Moscou, le rapport World Cities Review cite Paris, un exemple de ville où l’indice du prix du logement a chuté de 3,4%. Un phénomène causé par la crise de la zone euro et la position du président français sur l'instauration d'une taxe élevée sur les produits de luxe.
La capitale française est suivie par Shanghai (2,6% de baisse annuelle) et par Bombay (1,7%).

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments