Euro 2012: La Russie victime de ses supporters

Alors que la Russie s’engage brillamment dans l’Euro 2012, l'UEFA vient d’ouvrir une procédure disciplinaire contre elle à cause du comportement violent et raciste de ses supporters. Depuis, le match Pologne-Russie de ce soir est classé à «hauts risques.»

Photo: Reuters

Vendredi 8 juin au soir à Wroclaw en Pologne, alors que la Russie brille sur le terrain contre la République Tchèque (4-1), ses supporters sont accusés d'avoir agressé des stadiers polonais, et se sont fait remarquer pour leurs propos racistes.

Plusieurs supporteurs russes ont insulté le joueur de la République Tchèque, Theodor Gebre Selassie, de père éthiopien. Un incident à caractère raciste qui a été rapporté par une association antiraciste basée en Pologne, indique le Huffington post.

Un autre incident fait scandale actuellement. Sur un film amateur diffusé par la télévision polonaise TVN24, on voit un groupe de supporteurs en train d'attaquer à coups de poing et de pieds les bénévoles vêtus de gilets verts du service d'ordre dans le stade. "Quatre personnes ont été temporairement hospitalisées suite à cet incident", a affirmé le porte-parole de la police de Wroclaw, qui cherche à identifier les agresseurs.

Du coup, le match de ce soir Pologne-Russie est classé à hauts risques. Les contentieux historiques des deux pays remontent à la surface et rendent l’atmosphère électrique.

La réaction russe

Le président de la Fédération russe de football Sergueï Foursenko a réagit en qualifiant d'inacceptable le comportement des supporters de son équipe lors du match contre la République tchèque. «C'est inacceptable. Il faut lutter contre cela. Il faut mettre fin à la violence dans les stades», a-t-il déclaré à la presse.

À Moscou, la Fédération a estimé dans un communiqué que certains fans assistant au match à Wroclaw «se sont conduits de façon discréditante et déshonorante». Elle a lancé un appel aux supporters: «Veuillez vous rappeler que vous représentez votre pays. Ayez du respect pour vous-mêmes, votre patrie et votre équipe».

Un point de vue que ne semble pas partager le Ministre russe des Sport qui, lui, minimise les incidents, indique le Parisien :

«J'ai assisté à cette rencontre et tout vu de mes propres yeux, a déclaré Vitaly Mukto, à Moscou. Il n'y a eu aucun comportement raciste, toute cette histoire est ordurière et fausse.»

Selon le ministre russe, les fans de son pays ont en fait manifesté leur mécontentement de voir leurs homologues tchèques refuser de prendre part à une "ola" mexicaine dans le stade. «Nos supporteurs ont lancé la vague, mais comme les Tchèques ont refusé de se lever, ils ont juste exprimé leur déception, rien de plus

Les organisateurs sur les dents

En attendant, demain des milliers de fans russes doivent traverser, tout comme des dizaines de milliers de supporteurs polonais, le pont Poniatowski qui enjambe la Vistule pour se rendre au stade national. Les services d'ordre de la capitale sont en alerte et, toujours selon le Parisien, considèrent que « les préparatifs pour le match de demain constituent leur plus grand défi. »

Image of Guide du Routard Moscou, Saint-Pétersbourg 2012/2013
Manufacturer: Hachette Tourisme
Part Number:
Price: EUR 14,95

En prévision de 2018, (la Russie sera le pays organisateur de la coupe du Monde) le président de la Fédération russe de football a voulu être rassurant et a expliqué que la Russie avait « pris des mesures pour que ce genre d'incidents ne se reproduisent pas. Je pense que tout se passera bien. Nous devons lutter tous ensemble contre la violence lors des matches. Le football, c'est la fête, et à mon avis, une législation concernant la violence dans les stades devrait déjà être introduite en Russie ».

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook

Nouveau ! Aujourd'hui la Russie est aussi sur Twitter

0


0
Login or register to post comments