Erdogan accuse à son tour Poutine de traficoter avec le pétrole de Daesh

0

Après les accusations de Vladimir Poutine à l'encontre du président turc et de sa famille, les impliquant dans un trafic de pétrole avec Daesh, la Turquie se défend et contre-attaque.

Recep Tayyip Erdogan a exigé que la Russie "prouve ces allégations" et a accusé à son tour Moscou de protéger ce trafic, et menace d’en révéler des "preuves".

"Nous avons des preuves. Nous allons commencer à les révéler au monde", a-t-il menacé, citant notamment le nom de l’homme d’affaires syrien George Haswani, "titulaire d’un passeport russe", qui bénéficierait selon lui des ventes de brut extrait par les djihadistes des puits qu’ils contrôlent en Syrie et en Irak.

Cet homme est, par ailleurs, accusé par les Etats-Unis et l’UE d’acheter du pétrole à l’Etat islamique pour le compte du régime de Bachar al-Assad.

Aujourd'hui, lors de son discours devant le Parlement, Vladimir Poutine a tenu des propos virulents destinés à la Turquie, promettant de leur faire regretter la perte de leur avion de chasse abattu par l’armée turque près de la frontière syrienne. Depuis cette date, le 24 novembre dernier, les relations entre Moscou et Ankara ne cessent de se dégrader.
Avec AFP

0


0
Login or register to post comments