Enquête sur le financement du "palais de Poutine" au bord de la mer Noire

0

Un immense complexe immobilier au bord de la mer Noire, qui passe pour avoir été construit pour le président Vladimir Poutine, aurait été payé en partie par de l'argent public détourné, selon une enquête de l'agence Reuters.
Si l'existence de ce domaine luxueux est bien connue, jamais jusqu'à présent l'origine des fonds ayant servi à sa construction n'avait été mise au jour. Selon des documents douaniers et bancaires étudiés par Reuters, deux proches du président russe ont profité de contrats publics d'un montant total de près de 200 millions de dollars.

Ces deux hommes, Nikolaï Chamalov et Dmitri Gorelov, étaient propriétaires d'une entreprise qui fournissait des équipements médicaux à un projet fédéral de modernisation des hôpitaux, lancé par Vladimir Poutine lui-même, à des prix que des spécialistes de la santé disent surévalués. Les bénéfices ainsi réalisés par les deux hommes ont été transférés sur des comptes bancaires ouverts en Suisse, montrent les documents. L'argent a ensuite transité par un compte au Liechtenstein lié à la construction du luxueux complexe immobilier sur la mer Noire, surnommé le "palais de Poutine", indiquent les mêmes documents.

Sergueï Kolesnikov, un ancien collaborateur de MM. Chamalov et Gorelov, a déclaré en 2010 que ce domaine avait été construit pour Vladimir Poutine. Le Kremlin a démenti l'existence de tout lien entre ce projet immobilier et Vladimir Poutine.

L'enquête de Reuters porte sur l'utilisation du budget d'un milliard de dollars alloué au projet de modernisation des hôpitaux annoncé par Vladimir Poutine en 2005 et montre que Nikolaï Chamalov et Dmitri Gorelov ont tous deux joué un rôle d'intermédiaires.

Selon les documents consultés par l'agence, les deux hommes étaient propriétaires d'une entreprise installée au Royaume-Uni, Greathill, utilisée pour acheter des équipements médicaux de haute technologie, principalement au groupe allemand Siemens. Greathill revendait ensuite ces équipements à la Russie en réalisant un bénéfice. Nikolaï Chamalov, un ancien cadre commercial de Siemens en Russie, n'a pas répondu à des demandes de commentaires sur ces informations. Un porte-parole de Siemens a déclaré que le groupe n'avait pas connaissance des liens entre Nikolaï Chamalov et Greathill. Dmitri Gorelov a déclaré que les importations avaient été totalement transparentes et que Greathill avait vendu les équipements médicaux à la Russie à des prix approuvés par des experts russes.

Un porte-parole de M. Poutine n'a pas répondu aux questions sur les déclarations de Sergueï Kolesnikov et les informations de Reuters. Le Kremlin avait auparavant présenté Sergueï Kolesnikov comme un homme aigri, ajoutant qu'il avait quitté la Russie en raison de différends commerciaux, ce que ce dernier dément.
Source ATS

Retrouvez RUSSIE INFO sur Facebook et Twitter

0


0
Login or register to post comments