En Russie, des prisonniers réalisent des vidéos à succès sur YouTube

Cela se passe au pénitentier d'Etat N° 7, en Sibérie. Les prisonniers, aidés par le directeur-adjoint de la prison, réalisent des flashmobs qui connaissent un certain succès sur YouTube.

Quand on pense “prisons en Russie”, on ne pense pas flashmobs musicales ou cinéma amateur. Pourtant, c'est précisément ce qu'offre le pénitencier d'Etat N° 7 à Omsk, en Sibérie, dont le directeur-adjoint particulièrement imaginatif, Andreï Ziouzko, fait équipe avec des détenus pour produire des vidéos virales sur YouTube.

Un des premiers succès sur YouTube a été une flashmob réalisée le 9 mai 2015, en l'honneur de la Fête de la Victoire, qui célèbre en Russie la victoire de l'Union soviétique sur l'Allemagne nazie. La vidéo, vue plus de 9.000 fois en ligne, montre plusieurs centaines de détenus défiler en formation parfaite, avant de s'immobiliser pour écrire les mots “70 (ans) victoire.”

Le mois suivant, la prison a communié avec des millions de Russes dans le souvenir de Viktor Tsoï, un des musiciens de rock les plus aimés d'URSS, et mort en 1990. Le jour de la date de naissance du chanteur, les détenus ont à nouveau défilé et écrit cette fois les mots “Tsoï vivant”.
Un groupe composé de détenus interprète également une des chansons de Tsoï. A un moment de la vidéo, tous ceux qui défilent s'agenouillent, faisant apparaître les musiciens, et un peu plus tard, se relèvent et dissimulent à nouveau tous les membres du groupe. Une sympathique petite chorégraphie. La vidéo a recueilli plus de 3.500 clics.

Mais le plus grand succès des prisonniers, à ce jour, est une vidéo de quatre minutes façon “Yeralash,” un programme télévisé humoristique avec des sketches rappelant de vieux épisodes de Benny Hill. Le court-métrage du pénitentier d'Omsk met en scène un prisonnier attaquant subrepticement ses co-détenus à coups de boules de neige, jusqu'à ce que ses trois victimes le débusquent et exercent des représailles.
Leur vengeance est accomplie lorsqu'ils l'ont littéralement enchâssé dans un bonhomme de neige. Ce petit chef d'oeuvre a été vu plus de 241.100 fois sur YouTube.

Une popularité qui leur a donné confiance en eux, puisque la dernière en date des propositions de l'équipe, publiée le 2 mars 2016, est un court-métrage de 17 minutes qui raconte comment trois détenus déterrent une théière d'où s'échappe un génie, qui accorde à chacun la réalisation d'un voeu. Les deux premiers individus demandent à manger (des pelmeni (raviolis sibériens à la viande) pour le premier, des sushis pour le deuxième), tandis que le troisième demande en rappant – et obtient – un luxueux yacht avec une jolie fille.

Andreï Ziouzko, qui supervise le travail éducatif de la prison avec les détenus, est le cerveau de tous ces exploits cinématographiques, même si les prisonniers eux-mêmes ont commencé à jouer un rôle plus actif dans le processus de conception. D'après le service de presse de la prison, Andreï Ziouzko s'est contenté d'écrire le script du film avec le génie, le reste du travail provenant essentiellement des détenus qui ont joué dans la vidéo.

Si les communiqués de presse du pénitentier disent vrai, Ziouzko a accompli à Omsk une merveille, en réengageant des hommes végétant derrière les barreaux et en les motivant pour créer collectivement. Ils acquièrent aussi des compétences potentiellement utiles en réalisation et montage de vidéos, pour le cas où leurs “talents” de scénaristes resteraient non rentables...

Avec notre partenaire:
0


0
Login or register to post comments