En immersion chez l’habitant, une autre façon d’apprendre le russe

De plus en plus de Français choisissent de vivre quelques semaines chez l’habitant pour apprendre le russe. Une expérience originale.

Les stagiaires de Nijni-Novgorod

Se plonger le temps de quelques semaines dans la vraie vie des Russes est sans doute l’une des meilleures façons d’apprendre leur langue. Des organismes comme le CREF ou Liden &Denz proposent ainsi des séjours linguistiques en immersion chez l’habitant dans plusieurs villes de Russie.

«Je ne savais plus comment je m’appelais»

André Guigonnet, un habitué de ces stages, garde un très bon souvenir de l’accueil de son hôte, une dame âgée avec laquelle il a partagé des bons moments: «Nous avons cuisiné et diné quelques soirs ensemble. Au départ, nos conversations étaient un peu précaires, avec le dictionnaire, des gestes et des dessins, mais on devinait le sens de nos phrases. Mon hôtesse était patiente».

Tous les stagiaires ne sont pas des expatriés vivant en Russie, loin de là. Pierre Eisenmann, moniteur de ski, est venu l’année dernière de Nice pour suivre deux semaines de stage en cours particuliers à Moscou. «Cette immersion a été une vraie réussite et m’a beaucoup plu. Avant je bégayais, mais depuis ce séjour, je peux avoir une vraie conversation avec mes clients russes.»

En mai dernier, Gilbert Lauprêtre, lui, n’a pris qu’une semaine de cours particuliers, soit 20 heures entièrement consacrées à la discussion: «Après mon premier cours de 4 heures, je ne savais plus, ni comment je m’appelais ni où j’habitais, tellement cela m’avait demandé une forte concentration». Mais le Français a reconnu avoir franchi un vrai palier après ce stage.

Rythmé et intensif

Les journées bien rythmées commencent chaque matin par 4 heures d’apprentissage de la langue en cours particuliers ou collectifs. L’après-midi, laissé libre, est souvent l’occasion pour ces étudiants de tous âges de visiter la ville, de revoir les leçons et d’échanger avec leur hôte.

Pour cela, il est recommandé d’avoir quelques notions de russe équivalentes à une vingtaine d’heures de cours avant de se lancer dans l’aventure.
Pour Fabrice Disdier, directeur du CREF (Centre d’enseignement des langues étrangères) à Moscou, cette expérience est «réellement profitable à partir de 80 heures, une fois que les bases de la grammaire russe sont acquises».

Le professionnel conseille également à ces étudiants de s’inscrire pour un stage d’une durée comprise entre 2 et 4 semaines afin de constater de réels progrès.

En mode russe à Nijni-Novgorod

De plus en plus de personnes s’intéressent à cette formule en immersion chez l’habitant. En 2010, une trentaine de stagiaires s’est inscrite au CREF de Moscou, une dizaine à Saint-Pétersbourg et une autre dizaine à Nijni-Novgorod, les trois villes où le centre est pour l’instant présent.

Image of Le russe pour les Nuls
Manufacturer: Editions Générales First
Part Number:
Price: EUR 6,95

«Nous avons beaucoup de personnes actives qui choisissent cette méthode d’apprentissage» explique Fabrice Disdier, avant d’ajouter que «quatre enfants d’expatriés vivant à Moscou sont également partis cette année en immersion dans des familles à Nijni-Novgorod».

«Nous acceptons les enfants à partir de 14 ans et nous les plaçons dans des foyers où ils participent pleinement à la vie de famille», poursuit-il.

Les adultes, quant à eux, sont en général accueillis par «des personnes célibataires, souvent retraitées, vivant dans des appartements du centre-ville et qui tirent de cet hébergement un complément de revenus», précise le directeur du Centre.

En fonction de la ville choisie et du type de cours sélectionné –individuel ou collectif- le budget de cette formule en immersion varie entre 410 euros et 730 euros la semaine.

0


0
Login or register to post comments