Crise, sans frénésie de consommation pour les Russes

0

Le nouvel effondrement du rouble ne semble pas être accompagné par un boom de la consommation en Russie, comme c'était le cas à la fin de l'année 2014. A cette époque, les Russes avaient dévalisé les magasins échangeant leur argent contre des produits de valeurs : électroménager, automobile, Hifi.... Aujourd'hui, ces derniers n'ont déjà plus ou peu la possibilité de consommer, note le journal russe Vedomosti.

Lundi, le rouble chutait à son plus bas niveau en 2015, l’euro dépassant le seuil symbolique des 80 roubles et le dollar celui des 70 roubles tandis que l’indice boursier RTS chutait de près de 5% dans la foulée de la débâcle des marchés asiatiques.

Interrogée par l'AFP, la population tente de s'adapter : «On économise, on fait comme tout le monde. Si avant on se permettait des petits extras, on essaie désormais de s’en passer», témoigne Irina Danilina, une retraitée moscovite.

«La vie a un peu changé, mais c’est normal, c’est pareil partout. Rien ne sert de trop réfléchir, il faut juste travailler davantage», abonde un autre retraité, Mehmam Gadjiev.

Toutefois, certains commerces tels que Ozon (l'Amazon russe) ou Ikea déclare avoir noté une augmentation des ventes en début de semaine. En effet, certains fabricants annoncent des augmentations de prix d'achat compte tenu de l'augmentation rapide des taux de change, ce qui faire réagir quelques consommateurs désireux d'acheter avant de ne plus pouvoir.

0


0
Login or register to post comments